Radio-Canada / lancement de Véro.tv Véronique Cloutier

La poussière est retombée un peu après le lancement en grande pompe de la plateforme Véro.tv, une exclusivité de l’Extra d’ICI Tou.tv (c’est mêlant, je sais), et je suis encore perplexe par rapport à tout ça.

À la base, c’est une excellente nouvelle qu’on insuffle une dose généreuse de contenu sur le portail web de Radio-Canada. Plus de nouveautés, plus d’artisans d’ici qui travaillent sur des projets stimulants, plus de visibilité. Tout le monde gagne, c’est chouette, soyons heureux.

Mais quelque chose cloche à mon avis.

Pourquoi est-ce que Véro.tv est une exclusivité web payante? À qui souhaite-t-on s’adresser au juste avec cette sélection de contenu dans le sillage de la comète Véronique Cloutier?

Oprah avait sa chaîne à la télé pourtant, êtes-vous en train de me dire que Véro.tv performerait moins bien que Moi & Cie, par exemple?

Permettez-moi d’en douter.

En fait, je comprends la manœuvre de tenter d’attraper dans leur habitat naturel les petits vlimeux de milléniaux qui glissent habilement entre les griffes des publicitaires avec leur fâcheuse habitude de ne plus ouvrir la télé traditionnelle en direct.

Ça déstabilise le milieu et, en réaction, il s’éparpille dans l’espoir de retrouver ses assises.

Elle est ici l’erreur à mon avis : le simple fait d’être présent sur le web n’est pas une porte d’entrée dans l’univers des milléniaux. Il faut leur parler aussi, pas seulement faire des coucous persistants dans leurs écrans.

C’est un peu ma première impression de Véro.tv. Un beau projet, bien exécuté, mais le contenu n’est pas représentatif du médium.

Des titres comme Les Morissette et moi, Sois, 3 fois par jour et PS Merci pour tout, c’est de la «vieille» télévision forcée sur un nouveau médium. Encore une fois, le web est le parent pauvre de la diffusion télévisuelle, un mal nécessaire pour les producteurs. On ne s’adapte pas à la nouvelle réalité.

Ça m’agace.

Ceci dit, des titres comme #Bougaricci me parlent un peu plus et j’ai vraiment hâte de voir la série Trop avec Virginie Fortin. Le projet Rétroviseur avec Véronique Cloutier est aussi une excellente locomotive pour la chaîne, à mon avis.

J’aime aussi qu’on ne nous mitraille pas immédiatement avec tout le contenu. On espace les sorties et la diffusion pour nous permettre de respirer un peu. C’est bien et ça permettra aussi d’ajuster le tir.

Parce qu’il y a aura des ajustements à faire, car je n’ai pas l’impression que Véro.tv gonflera énormément les abonnements à l’Extra d’ICI Tou.tv. Les gens n’aiment pas payer un supplément pour de la télévision, surtout lorsqu’elle ne se démarque pas forcément de ce qu’ils ont déjà «gratiss sur le câble».

Je vais garder un œil attentif sur Véro.tv, car j’ai confiance que madame Cloutier sait bien s’entourer et offrir du contenu de qualité. Je suis juste un peu sur ma faim après tout ce battage et, surtout, je ne me sens pas particulièrement interpellé par l’offre même si je peux la consulter sur ma tablette au lieu de ma télé.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!