ICI Radio-Canada / Capture d'écran Éric Duhaime

Dimanche, j’appréhendais le passage d’Éric Duhaime sur le plateau de Tout le monde en parle, comme plusieurs, je présume.

Plus besoin de vous présenter son livre et les réactions, d’autres l’ont fait mieux que moi.

Je me voyais déjà casser du sucre sur le dos des contradictions de l’auteur après son passage, une attente réaliste basée sur ses nombreuses présences médiatiques. Après tout, je suis rarement, voire jamais, en accord avec ses propos incendiaires et sa fâcheuse habitude de «crisser la marde» juste pour voir ce qui va lever dans le débat ensuite.

C’était d’ailleurs une autre occasion pour lui d’avancer ses idées pour un auditoire qu’il qualifie lui-même d’écrasante majorité silencieuse.

Elle a le dos large cette majorité silencieuse, il faut se le dire, et ça adonne drôlement bien qu’elle ne dise pas un mot. Comme ça on peut lui prêter les intentions qui font notre affaire.

Ça, Éric Duhaime le maîtrise bien.

Ceci dit, après son passage à Tout le monde en parle dimanche, j’ai plus envie de lever mon chapeau à Guy A. Lepage et son plateau. Je suis le premier à soulever les occasions où Lepage ne confronte pas ses invités, particulièrement les politiciens ou Bernard Gauthier plus tôt cette année. Par contre, dimanche, le plateau n’était pas là pour rire des blagues de Duhaime et réduire ses propos au statut d’anecdotique.

C’est ce que j’espère de Tout le monde en parle chaque semaine dès qu’un sujet chaud se pointe dans l’actualité. Difficile de faire plus chaud que le brûlot d’Éric Duhaime.

Dimanche, les questions n’étaient pas contournées. Dany Turcotte cachait mal son mépris et Pénélope McQuade a tenté d’humaniser le personnage qu’est Duhaime et c’était, en quelque sorte, une réussite.

Celui qui a fait sa sortie de placard en soulignant le fait qu’il n’est pas une victime était, le temps d’une longue entrevue, le premier à exprimer son malaise en jouant la carte de la victimisation.

Un poisson hors de son bocal, pour le paraphraser.

Là-dessus, il faut lui donner, l’animateur de Québec est venu défendre ses idées sans reculer. On peut ne pas être d’accord avec le polémiste, j’en suis, mais je peux lui donner raison sur une chose après l’émission d’hier : il y a une conversation ce matin.

Ses conclusions tirées d’une expérience personnelle restent dangereuses, mais il a raison de dire qu’il est venu à Montréal pour alimenter une discussion et pour une fois, Tout le monde en parle a fait justement ça – parler.

Pas de diner de cons et pas de concert d’éloges non plus. Des idées entraient en collision sur le plateau de Guy A. Lepage dimanche et, aussi répréhensible soit-il, c’était en grande partie à cause du verbe d’Éric Duhaime.

Donnons-lui ceci et profitons de cet instant, car il est déjà de retour à Québec pour cracher son venin sur tout ce qui bouge en attendant la prochaine controverse.

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus