ICI Radio-Canada Télé Infoman

Tradition télévisuelle au Québec, Infoman se moque amicalement de notre cinéma chaque printemps avec sa remise de prix en forme de rond de poêle. Non sans rappeler les Razzies qui célèbrent le meilleur du pire du cinéma juste avant les Oscars, Infoman nous offre une forme de bien-cuit pour, malgré tout, fêter notre cinéma.

J’adore ça et cette année encore, on touche la cible.

Ceci dit, je trouve qu’on n’est peut-être pas assez critique avec les «mauvais coups» du cinéma québécois.

Je m’explique.

Casser du sucre sur le dos Nitro Rush, sacré meilleur pire film de l’année, c’est facile. C’est comme rire de Célibataires et nus quand on critique la télé. C’est une cible consacrée, unanime. On pourrait même dire que c’est un raccourci.

Sans dire que Nitro Rush n’était pas un lauréat adéquat, c’était véritablement une suite de trop dans notre paysage cinématographique, peut-on vraiment ignorer d’autres grands crus répréhensibles?

À l’exception des prix remis à Nitro Rush, tous les autres trophées ont été remis à des comédies ou des films «populaires». L’origine des espèces a reçu un prix, mais c’était dans une catégorie isolée pour souligner nos films où ils ne se passent pas grand-chose.

La conclusion rapide ici serait qu’on ne peut pas rire de nos films d’auteurs, de notre cinéma national, parce que … ?

Moi le premier, je n’aime pas réduire le travail de nos cinéastes qui font des miracles avec des fonds de tiroirs et des vestiges de sous-sol d’église. Par contre, on peut et on doit prendre un certain recul critique et, à l’occasion, une petite moquerie c’est une belle façon de se recentrer lors des prochains projets et d’ouvrir son registre en tant que créateur.

Réserver les mauvaises critiques aux films «commerciaux», c’est un piège qui ne rend service à personne. Un critique culinaire ne se contente pas de dire qu’une frite dans une chaîne de restauration rapide n’est pas bonne pour la santé. Il ose mettre en doute le travail d’un grand cuisinier, parce que c’est important d’être évalué sur son travail – même quand il est généralement excellent.

Notre cinéma n’est pas à l’abri de ça parce qu’il est précaire.

Alors voilà, j’aimerais bien voir les Aurore oser un peu plus et sortir des cibles faciles. L’an prochain, on le sait déjà que Bon Cop Bad Cop 2 et De père en flic 2 seront au sommet des nominations, mais il y aura d’autres films, soyez-en certains, suffit de se permettre la boutade même quand on parle du travail de nos amis ou de collègues que l’on respecte.

Ceci dit, jetez un œil à l’émission spéciale d’Infoman pour les Aurore, ça vaut le détour comme toujours.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!