AMC The Walking Dead

Dimanche, la très populaire série de la chaîne AMC, The Walking Dead, présentait le dernier chapitre de sa septième saison et, évitons la dentelle, c’était laborieux jusqu’à cette excellente heure de télé.

C’est d’ailleurs un problème récurrent avec la série depuis quelques années déjà – le premier et le dernier épisode d’une saison sont incontournables et tout le reste n’est qu’une longue zone confuse et ennuyante pour faire le pont entre les deux.

La saison sept ne fait pas exception.

La série bénéficie d’une cote d’amour inébranlable aux États-Unis et à l’exception de Game of Thrones, personne ne rivalise avec les zombies de la chaîne AMC. Ainsi, le premier épisode d’une saison est un événement, une grande fête et les créateurs de l’émission n’hésitent pas à nous offrir des revirements dramatiques percutants, comme au début de la saison sept où deux personnages populaires ont été éliminés de l’équation.

Même formule pour la finale de dimanche qui, pour brusquer les choses et lancer la guerre qu’on nous annonçait durant toute la saison, a tué une personne très aimée du public depuis plusieurs saisons.

La recette fonctionne, alors pourquoi la changer?

C’est le piège d’une série à succès qui devient une entreprise avec des produits dérivés et même une émission dérivée (Talking Dead, tout de suite après la diffusion).

On ne veut pas terminer l’histoire, alors on l’étire au maximum. Contrairement aux films de genre, comme ceux de Georges Romero qui doivent composer avec une contrainte de temps tangible, on doit faire évoluer des individus dans un monde post-apocalyptique au lieu de nous offrir qu’une carte postale d’un moment donné.

Ça fait longtemps déjà qu’on sait que les morts-vivants ne sont plus la principale menace dans cette Amérique en ruines. Sauf que maintenant, que reste-t-il à explorer dramatiquement parlant à l’exception d’une surenchère sur les conflits humains et l’accumulation de cadavres et de gestes violents?

On tourne en rond malgré les occasionnels bons épisodes qui nous réconcilient brièvement avec la série.

C’est ce que je garde de cette septième saison – un essoufflement. Une bonne série qui s’éternise et qui devient amère en bouche. En plus, ça ne semble même pas proche d’une résolution quelconque, les conflits sont renouvelables tout comme les zombies et les gens pour les combattre.

Les meilleures séries ont un début et une fin et j’espère encore que la fin de The Walking Dead offrira une perspective agréable à toutes ces saisons ordinaires, au mieux. Par contre, j’en doute de plus en plus que ce soit possible, même que, je me demande si la série a déjà eu une qualité réelle ou si ce n’était qu’une belle curiosité en raison d’un sujet différent à la télé.

La pause estivale sera bénéfique pour The Walking Dead … et pour le public aussi.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!