Netflix The Keepers

Ceux qui ont dévoré Making a Murderer ont de quoi de nouveau à se mettre sous la dent : la nouvelle docu-série criminelle The Keepers.

Par contre, les différences s’imposent rapidement quand on visionne cette nouvelle enquête présentée par Netflix.

En effet, les sept épisodes de la série nous parlent du meurtre de la sœur Cathy Cesnik en 1969, une religieuse qui était aussi enseignante dans une polyvalente de Baltimore avant son décès tragique.

Contrairement à Making a Murderer, The Keepers prend rapidement une distance du crime initial et s’intéresse plutôt aux circonstances entourant le meurtre, notamment un réseau d’abus sur des mineurs camouflé par l’Église catholique à l’époque et qui a fait l’objet d’une poursuite collective dans les années 90 et d’une enquête plus approfondie il y a quelques années.

Bref, je n’entrerais pas dans les détails, mais je vous assure une ballade captivante si vous osez The Keepers lors de vos prochains visionnements.

Malgré les familiarités avec le désormais célèbre dossier de Steven Avery dans Making a Murderer, The Keepers prend rapidement une identité propre et satisfait à la fois les amateurs de séries criminelles et ceux, moins familiers avec le genre, qui préfèrent plutôt une histoire conspirationniste bien documentée.

On se retrouve donc avec une docu-série qui se rapproche du film Spotlight qui documentait le travail exemplaire du Boston Globe dans le démantèlement d’un réseau de prêtres pédophiles dans la région de Boston.

Tout ça en plus d’offrir une voix aux victimes de cette navrante situation à Baltimore.

C’est vraiment à voir, ne serait-ce que pour ces témoignages troublants. Mais une question reste : qui a tué la sœur Cathy?

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!