Moi & Cie Homme cherche sérieux

Si t’avais la chance d’entendre tout ce qu’un homme peut penser…

En 2017, ceci est la première phrase que vous allez entendre si vous syntonisez la nouveauté de Moi & Cie : Homme cherche sérieux. Comme si on entendait pas déjà suffisamment tout ce que les hommes pensent.

Dévoilée cette semaine dans la grille d’automne, cette nouveauté est une autre incursion dans le monde des rencontres où on suit six célibataires dans leur quête d’une relation amoureuse.

Rien de révolutionnaire, mais il y a pire comme prémisse.

Par contre, après un épisode, on comprend vite que la production ne s’éloignera pas des lieux communs et, il faut se le dire, c’est en grande partie en raison du choix des protagonistes.

Six hommes interchangeables, banals, qui étalent les clichés qu’on entend dans un vestiaire de hockey ou autour d’un pichet de bière en fût à la brasserie sportive du coin.

Cette incursion dans la tête des hommes, ce n’est rien de plus qu’une autre émission où des hommes sont victimes de leur propre bêtise. Ainsi, ils n’ont aucune gêne à affirmer haut et fort que là, maintenant, ils cherchent la bonne parce qu’ils ont assez joué.

Je vous épargne aussi les nombreuses remarques creuses qui s’articulent autour des différences entre les hommes et les femmes et de la mythique incompréhension féminine quand vient le temps de «comprendre les boys».

C’est tellement gras et juvénile que je cherche l’utilité de la production. Manque-t-on vraiment de voix masculines dans nos écrans? Regardez-vous les mêmes écrans que moi?

Déjà qu’une émission de plus sur les rencontres amoureuses, on ne criera pas au génie, mais là, c’est limite insultant dans le fond et la forme et de nous présenter cette chose avec six hommes hétéro qui se bombent le torse en se promettant d’abandonner les one night parce que c’est fini le niaisage.

J’aimerais ça vous dire que j’en ajoute pour l’effet comique, mais non, tout ça est extrait de la première émission.

Si la clientèle cible c’est les hommes, on les rassure dans leurs travers et si c’est pour les femmes, j’ose espérer qu’on va les désister de désirer des hommes dans un avenir rapproché.

Quoi qu’il en soit, je peux vous assurer que l’émission rate la cible à tous les niveaux.

C’est le lundi à 21h30, à vos risques et périls.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!