V Télé Occupation Double Bali

Nous y sommes, l’émission que personne n’admet regarder et qui trônera quand même au sommet des cotes d’écoute est de retour.

Après le dévoilement des candidates féminines il y a quelque temps déjà, Occupation double présentait, dimanche, son tapis rouge afin de sélectionner les candidats masculins participant à l’aventure et la quinzaine de célibataires s’est envolée vers Bali pour les premières activités de l’aventure maintenant diffusée du côté de V.

Alors, ce nouveau OD, on en pense quoi à chaud?

Ça serait facile de bêtement juger les participants sur ce qu’ils projettent à l’écran, mais, de grâce, ne tombons pas dans ce jeu. À chaque torchon sa guenille comme disait ma grand-mère et des gens qui ne cadrent pas dans notre façon de voir les choses ne sont pas répréhensibles ou risibles pour autant.

Ceci étant dit, on peut quand même critiquer cette première mouture à V animée par un Jay Du Temple un peu moins à l’aise que souhaité devant les dizaines de caméras de l’aventure. Pour cette 11e saison, on ne change pas trop la formule ni le fond et la forme.

Adressons tout de suite l’éléphant dans la pièce : Occupation double est très, très homogène. Malgré des nuances et des traits de personnalités qui détonnent, on sent que les candidats sélectionnés cadrent dans le moule qui vient avec le concept de l’émission. Ainsi, en sélectionnant des femmes dans ce moule, on pouvait assez facilement prédire quels garçons seraient inclus dans l’aventure et, surtout, lesquels ne seraient même pas abordés par la cohorte.

Pour le reste, on chante les mêmes ritournelles sur l’amour, la famille, l’authenticité est les ‘’plusse vraies valeurs importantes’’. Après tout, le jeu derrière Occupation double demeure un secret de polichinelle et les candidats, habillement aiguillés avant l’ouverture des caméras sans doute, mettent de l’avant la quête d’un amour véritable au lieu d’un bien matériel ou d’une visibilité inégalée dans nos médias.

Remarque, ce n’est pas particulièrement dérangeant. C’est d’ailleurs le propre de la télé-réalité : alimenter une fiction sous prétexte qu’elle est véhiculée par de véritables individus.

Ça fait partie de la game comme on dit.

Reste maintenant la question qui me chicote : est-ce qu’il y a de la substance sous le vernis bien lustré d’Occupation double?

Vite de même, j’aurais tendance à dire que non. Les ficelles sont grosses et même si on ajoute des affaires ‘’cool-yo-jeune’’ en périphérie de l’émission, comme OD+ en direct sur les ondes de MusiquePlus, l’objet télévisuel derrière le jeu est omniprésent.

À ce propos, le tapis rouge n’était pas une bonne heure de télé. Le rythme était absent, le tribunal des candidates devant des candidats triés sur le volet était anti-climatique au possible et on ne retient rien de cette heure sinon que la couche de glamour imposée par les habits extravagants des participants.

Pour de la télé-réalité, ça ne transpirait pas l’aisance, on va se le dire.

C’était donc ça le nouveau cheval de bataille de V. OD sera en ondes tous les jours, ou presque. Les candidats et candidates seront chez Salvail, à MusiquePlus et sûrement ailleurs sur la chaîne, comme chez l’Arbitre peut-être. Les amateurs seront ravis, comme en témoigne la reconduction pour une onzième déclinaison. Les autres, comme moi, regarderont le train passer sans trop avoir l’impression de manquer quelque chose.

Occupation double a certainement résisté à l’usure du temps, mais c’est en grande partie en raison de l’étanche couche de vernis aseptisé qui enveloppe l’émission et qui la protège des intempéries et, malheureusement, l’empêche aussi d’atteindre une quelconque forme de contenu enrichissant qui dépasserait la vacuité de la séduction basée exclusivement sur le paraître.

Je n’entretenais pas d’espoir véritable, évidemment, mais j’aurais quand même aimé voir un peu plus de 2017 dans cet Occupation double au-delà des Emojis personnalisés et de l’utilisation de slogans progressistes sur des t-shirts griffés.

Suivez Stéphane Morneau

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!