TVA, capture d'écran La finale de Fugueuse

La série de l’hiver au Québec présentait sa conclusion lundi soir et, malgré mes réserves initiales, j’ai suivi avec beaucoup d’attention les troublantes mésaventures de Fanny. Je dois l’admettre, ils m’ont rallié avec un scénario bien mené malgré les pattes lourdes de la réalisation.

Ce que j’ai surtout aimé de la série, ceci dit, c’est la discussion qu’elle a engendrée sur une réalité fuyante dans les médias. Doublé par l’excellent documentaire d’Anaïs Barbeau-Lavalette, Ma fille n’est pas à vendre à, Télé-Québec, le passage trouble de certaines adolescentes dans les griffes de proxénètes sans scrupules soulève la grogne chez le grand public. Quand une fiction comme Fugueuse fait œuvre utile, malgré le battage médiatique malhabile de TVA, il faut féliciter la production.

Au niveau de la fiction, ça aura pris la mort d’un personnage important afin d’aider au déclic de la jeune Fanny et, avec une dernière heure très rythmée, la série a bouclé toutes ses intrigues en plus d’offrir une conclusion ferme à l’histoire.

Initialement, Fugueuse n’était prévue que pour une seule et unique saison. Une histoire brève, forte, marquante. Par contre, le succès monstre de l’aventure a forcé un peu la main de TVA qui retournera à la source pour une deuxième saison. Est-ce que l’auteure, Michelle Allen, retrouvera les mêmes personnages? Ira-t-elle ailleurs avec une histoire similaire avec d’autres nuances?

On n’en sait rien officiellement, mais ça serait difficile d’effacer la Fanny de Ludivine Reding de la mémoire du public même si son histoire est terminée dans les plans originaux de la série.

Ça serait aussi difficile de recréer la magie de Fugueuse avec une autre saison racontant sensiblement la même histoire. Il y aurait certainement un succès, mais peut-être pas le même engouement qui plaçait la série sur toutes les lèvres cet hiver.

Pourquoi revenir à la source? Pour les mêmes raisons qu’on étire toujours trop longtemps les bonnes séries, les bonnes franchises de films et les bons concepts. Fugueuse n’y échappera pas.

Par contre, cette première saison restera comme une tempête parfaite où la fiction et la réalité sont venues chambouler la mémoire collective.

Qu’on ne vienne plus nous dire que les gens du Québec ne regardent plus la télé. Il suffit de leur en donner une de qualité et qui les interpelle, au lieu de se contenter de nos vieilles pantoufles transportées par des vedettes et des façons de faire datées.

C’est un pensez-y-bien.

Suivez Stéphane Morneau

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!