HBO

Dimanche soir, un an et demi après la conclusion de sa surprenante première saison, la série épique Westworld était de retour sur les ondes de HBO.

Après une chute spectaculaire en conclusion de la première saison de cette science-fiction réflexive à propos d’un genre de parc d’attractions où vivent des robots, qui sont à s’y méprendre avec des humains. Ils sont utilisés pour permettre aux visiteurs d’assouvir leurs fantasmes divers, du sexe à la violence, en passant par la quête d’aventure dans un Far West simulé, dans une narration perpétuellement en boucle.

Un monde parallèle, d’une certaine façon.

Ceux qui ont visionné la première saison savent que Westworld, dans son exploration, manipulait habilement l’espace temporel en plus d’alimenter de grandes questions philosophiques sur la conscience et l’existence des êtres, humains comme artificiels, dans un monde où la frontière entre les deux est floue.

On reprend au même endroit lors de la deuxième saison avec un défi quand même imposant: celui de vivre après un massacre, une chute qui aurait pu rester définitive.

Il faut donc revisiter le monde de Westworld avec un nouveau lot de questions, utilisant les rêves et les souvenirs fabriqués comme motivation vers une émancipation et la construction d’un désir de vivre malgré une existence manufacturée. Tout est dans les nuances et le déploiement méthodique. Ainsi, on explore trois espaces temporels distincts, mais rapprochés, pour mieux comprendre la genèse d’un massacre dans ce monde de fantasmes.

Je ne veux pas vous vendre la mèche, mais la deuxième saison sera moins dense que la première, qui avait reçu des commentaires moins élogieux sur sa façon d’utiliser la surprise comme une locomotive. C’était un peu surfait et truffer l’intrigue d’indices devenait une distraction au récit qui, dans son fond, était captivant. Cela dit, les dialogues et la réflexion ne seront pas amoindris, comme en témoigne le premier épisode qui laisse planer beaucoup de doutes sur les événements suivant la rébellion des robots du parc, sans parler de leur place dans un futur qui, pour l’instant, n’est que suggéré.

Reste à savoir si le voile sera levé entre le parc et la «réalité» lors de cette deuxième saison.

Il s’agit de la deuxième série en importance pour la chaîne HBO après Game of Thrones et, juste avant l’été, il s’agira d’une très bonne dose de télé hebdomadaire. Branchez-vous là-dessus sans hésiter, ne serait-ce que pour l’utilisation très singulière de la musique.

Suivez Stéphane Morneau

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!