Complex Network QB1 : Beyond the Lights

Netflix a déversé récemment la première saison de la série documentaire QB1 : Beyond the Lights du producteur Peter Berg, aussi responsable à l’époque de la populaire fiction Friday Night Lights à la télévision et au cinéma.

Dans les deux cas, on se penche sur le football de niveau secondaire aux États-Unis avec une ampleur surprenante.

La spécificité de QB1 réside dans ses sujets. Trois jeunes quarts-arrière, à l’aube de la graduation au secondaire et déjà en route vers la NCAA avec de grosses universités de la première division. Loin de la fiction de Friday Night Lights, le cinéaste Berg amène son œil et son sens du spectacle sur la vie de ses jeunes hommes et, rapidement, il dresse trois portraits bien distincts de jeunes hommes avec des opportunités différentes.

On plonge avec curiosité dans ce monde où la pression est au maximum dès le plus jeune âge. On joue des matchs devants des foules supérieures à un Centre Bell et, avec des épaulettes et un casque, ces jeunes hommes doivent répondre aux attentes et à la critique constante. C’est un incubateur explosif duquel plusieurs sortent amochés et la série nous offre les coulisses avec les bons et les mauvais cotés de cette culture du football.

D’abord en ondes sur le Complex Network aux États-Unis, c’est normal d’avoir raté les premières diffusions de la production qui a deux saisons derrière la cravate. Ceci dit, le petit retard n’enlève rien à l’intérêt et on se retrouve rapidement investi dans le quotidien de ces trois jeunes hommes.

Quand on parle de séries sur le football, Last Chance U (qui a une nouvelle saison sur Netflix) sort souvent en premier. Mais QB1 offre une incursion différente dans cet univers passionnel chez les Américains.

Ce n’est pas une série grandiose ou marquante, mais c’est une bonne dose de football avant le retour de la NFL dans quelques semaines. C’est aussi une belle fenêtre sur la vie de jeunes adultes au pays de Donald Trump. L’écart entre les générations, sous l’œil attentif d’un cinéaste chevronné comme Berg, ressemble plus à un fossé qu’un voisinage.

Une belle découverte.

Suivez Stéphane Morneau

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!