Télé-Québec L'heure est grave

Lundi soir, Télé-Québec dévoilait L’heure est grave, une nouveauté présentée trois fois par semaine qui repositionne la chaîne dans son mandat de traiter l’actualité autrement, un peu comme une réponse québécoise à John Oliver et à John Stewart chez les Américains. Quelque chose qui brille par son absence sur nos grilles depuis très longtemps déjà.

Pilotée par Guillaume Girard et Virginie Fortin, l’émission sera déclinée le lundi et mardi soir en format de trente minutes, et le vendredi soir en format de 60 minutes avec un résumé de la semaine ainsi que l’ajout de moments inédits.

Je vais me garder une petite gêne sur les conclusions hâtives après une seule diffusion, mais je dois avouer que j’avais encerclé cette nouveauté sur ma grille et je vais y jeter un œil très souvent.

Il y a, tout d’abord, une liste impressionnante de collaborateurs qui viendront ponctuer l’émission avec des sketchs, des chansons, des présentations et des topos. Une vingtaine d’intervenants en plus des animateurs, ça fait du monde pas mal autour de la table et c’est une bonne chose. La polyphonie, ici, sera très utile quand viendra le temps d’explorer différentes facettes des sujets chauds de l’actualité.

Ainsi, lors de la première diffusion, Eddy King était particulièrement intéressant en parlant de la censure et de la liberté d’expression.

Ce qu’on remarque très rapidement de la liste de collaborateurs, c’est la diversité et la variété – quelque chose de trop rare sur nos écrans. C’est même inquiétant qu’on doive encore le souligner, mais l’équipe derrière la production a fait un réel effort afin de couvrir le plus d’horizons possible.

J’oserais même dire que c’est du jamais vu au Québec à cette échelle.

Pour ce qui est du format, il faut donner la chance aux coureurs. On est présentement quelque part entre les sketchs de SNL Québec et l’adaptation pilotée des News Updates par Guillaume Girard et Mickaël Gouin. C’est à la fois un défaut et une qualité, car on sent que la formule déjà rodée s’impose comme une forme de béquille pour les débuts de ce nouveau projet.

Ceci dit, il y aura place aux changements au fil des semaines et j’ai hâte de voir comment les collaborateurs teinteront la production avec leurs interventions. J’ai aussi hâte de voir jusqu’où ils oseront aller quand l’actualité sera plus locale, car c’est facile de taper très fort sur un clou au sud de la frontière, mais ça devient plus audacieux quand le clou est peut-être dans le bureau voisin et qu’il pourrait, éventuellement, devenir un employeur ou un partenaire d’affaires.

Il y a de belles promesses, en tout cas, et ça ressemble à un premier rendez-vous réussi dans la grille de nouveautés de Télé-Québec.

Suivez Stéphane Morneau

Aussi dans La boîte à images :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!