Métro L’anxiété n’est pas agréable, mais elle nous garde en vie, car elle nous pousse à la prudence.

J’ai une confidence à vous faire. Avant de monter dans un avion, j’imagine qu’il s’écrase, et je vois ma famille assister à mes funérailles. Quand mes enfants rentrent tard, j’imagine qu’ils ont eu un accident et je pense à ce que je dirais dans leur éloge funèbre.

Ai-je quelque chose qui ne va pas? Peut-être. Mais je parie que vous avez le même genre de pensées. En fait, je suis certain que la plupart des parents songent quotidiennement au fait qu’ils pourraient perdre leur enfant. Il en va de même pour la santé. Presque tout ce que nous ressentons (ou tout ce que nous entendons à la télé ou d’un ami) nous incite à nous demander ce que ce serait d’être atteint d’une maladie grave.

J’amène ce sujet sur le tapis pour deux raisons. Premièrement, c’est tout à fait normal d’entretenir ce type de pensées. Deuxièmement, celles-ci nous amènent à croire que les prémonitions sont un signe et que notre destin est écrit d’avance.

Ça ne me dit rien qui vaille
Plus nous songeons à ce qui nous importe, plus nous voulons nous assurer de ne pas le perdre. Cela nous rend anxieux. L’anxiété n’est pas agréable, mais elle nous garde en vie, car elle nous pousse à la prudence. Pour se faire, elle nous fait imaginer des choses terribles. Plus une chose nous est précieuse, plus sa perte est effroyable. C’est la nature du spectre de l’anxiété. Même si cela ne nous plaît pas, nous avons besoin de l’anxiété pour survivre. La peur nous garde aux aguets.

L’attention sélective
Alors, que se passe-t-il lorsque quelque chose de négatif survient? Eh bien, nous nous rappelons la mauvaise impression que nous avons eue, dès le départ: «Je savais, quand j’ai senti cette bosse, que c’était cancéreux», ou «Dieu merci, j’ai changé mes projets de voyage. J’avais un mauvais pressentiment et l’avion s’est écrasé».

À vrai dire, lorsque nous apprenons une mauvaise nouvelle, nous pouvons souvent nous rappeler l’impression négative que nous avons eue en songeant à cette chose, bien avant qu’elle ne survienne.

Au moyen de l’attention sélective, nous nous souvenons des moments où nous «avons donc eu raison», et oublions les milliers de fois où rien de funeste ne s’est produit. Cela nous donne l’impression que le destin est écrit d’avance, et que lorsque nous éprouvons de l’anxiété à propos de l’avenir, cela doit vouloir dire quelque chose.

Eh bien, cela veut dire quelque chose. Cela signifie que vous ne voulez pas perdre cette chose si précieuse pour vous. Mais cela ne signifie pas que vous allez la perdre davantage que si vous n’aviez pas eu cette prémonition.

Anxiété
Plus nous songeons à ce qui nous importe, plus nous voulons nous assurer de ne pas le perdre. Cela nous rend anxieux.

Aussi dans La vie en tranches :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!