Métro Notre chroniqueur affirme que le changement n’est pas très amusant par rapport au confort du statu quo.

Si vous avez moins de 30 ans, il est fort probable que vous n’ayez jamais entendu parler du Rolodex. Mais si vous avez dépassé la cinquantaine, ce classeur rotatif trône probablement sur votre bureau.

Le Rolodex et les machines à écrire manuelles me viennent à l’esprit quand je pense à tous les changements que le monde a subis, depuis mon enfance. Et surtout, j’y songe quand je vois des gens réfractaires au changement.

Le stress des nouveaux défis
Le changement nous effraie en raison de notre réaction fondamentale au stress. Ce mécanisme est conçu pour nous protéger. Lorsque nous ressentons du stress ou de l’anxiété, nous sommes plus conscients des éventuelles menaces et nous pouvons nous y préparer. C’est pourquoi nous nous sentons stressés face à de nouvelles situations. Comme nous ignorons de quoi l’avenir sera fait, notre organisme se met en alerte pour nous préparer à tout ce qui peut survenir.

Il est moins probable que les situations familières nous rendent anxieux, car nous connaissons alors les défis à relever. Prenons un environnement naturel dans le cadre duquel notre réaction au stress a évolué. Si je me suis aventuré plusieurs fois dans la forêt avoisinante en quête de nourriture et que je sais que des ours y vivent, je peux me préparer en emportant un fusil. Si je sais qu’il n’y aura pas d’eau sur ma route, je peux apporter mes provisions d’eau. Mais, le changement apporte des défis inconnus. Si je ne sais pas ce que je trouverai, que puis-je emporter pour me préparer?

Ce n’est pas si nouveau, après tout
Devrions-nous être si effrayés par le changement? Souvent, nous pouvons tirer des leçons du passé. Nous avons probablement fait face à un certain nombre de défis qui nous ont stressés, mais que nous avons relevés. Lorsque nous nous demandons si les nouveaux défis sont plus complexes que ceux du passé, nous concluons habituellement que ce n’est pas le cas. Autrement dit, ce n’est pas si nouveau. Les détails sont peut-être différents, mais la complexité ne l’est pas. Si nous avons eu la capacité ou les outils nécessaires pour nous adapter aux changements dans le passé, pourquoi ne les aurions-nous pas maintenant?

Le changement n’est pas très amusant, par rapport au confort du statu quo. Il est également vrai que des changements sont parfois apportés rien que pour le plaisir de changer. Mais, le plus souvent, le changement, comme le fait de passer du Rolodex à la base de données électronique, apporte de l’efficacité.

La meilleure façon de s’adapter aux changements futurs est de songer à la facilité avec laquelle nous nous sommes adaptés aux changements passés. Si nous nous concentrons sur les détails, nous ne verrons que les différences, et cette impression de nouveauté nous stressera. Mais si nous nous concentrons plutôt sur notre intelligence et sur notre capacité passée à relever des défis semblables, les choses ne nous sembleront plus aussi nouvelles.

Cela dit, je crois qu’il est temps que je suive mes propres conseils et que je finisse par me défaire de mon vieux Rolodex… peut-être!

S’adapter
La meilleure façon de s’adapter aux changements futurs est de songer à la facilité avec laquelle nous nous sommes adaptés aux changements passés.

Aussi dans La vie en tranches :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!