The Canadian Press L’Observatoire du Mont-Mégantic a été sauvé in extremis jeudi, pour quelque temps.

On parle de plus en plus de la société du 21e siècle comme d’une société du savoir.

La Chine a dépassé les États-Unis en termes d’investissements dans les énergies propres et investit maintenant plus dans les renouvelables que dans le charbon.

Les États-Unis dépensent six fois plus que nous le faisons au Canada, par personne, dans les technologies propres comme celle de l’énergie solaire. Apple vient d’ailleurs tout juste d’annoncer 500M$ pour que tous ses magasins en Californie soient alimentés par ce type d’énergie.

Or, à la base de tout cela, il y a la science et le savoir. Et cette science, oui, est souvent dirigée vers les besoins du secteur privé. Mais en amont, il y a la recherche fondamentale, celle qui, de prime abord, n’a pas d’application pratique.

J’ai d’ailleurs lu plusieurs commentaires sur la fermeture de l’Observatoire du Mont-Mégantic qui laissaient entendre à peu près ceci : «Ouen, mais qu’est-ce ça donne de financer un observatoire pour regarder les étoiles?»

Il faut comprendre qu’il peut se passer des années, voire des dizaines d’années, avant que des recherches fondamentales trouvent des applications pratiques. Par exemple, la technologie qui permet de détecter des galaxies à des millions d’années-lumière d’ici a mené au développement de l’imagerie médicale, dont des centaines de milliers de personnes bénéficient aujourd’hui.

Nous avons eu cette semaine un autre exemple du mépris, et même du dégoût, qu’a le gouvernement Harper pour la science, alors qu’on apprenait que ce même gouvernement allait mettre fin à une subvention annuelle de 500 000$ pour l’Observatoire du Mont-Mégantic. Évidemment, «ça sert à rien les télescopes!»

Bien sûr, vous allez me dire que le gouvernement a changé d’idée en l’espace d’une journée, et c’est vrai. Mais n’eût été du fait qu’il s’agit de la circonscription du conservateur Christian Paradis et que nous sommes à moins d’une année des élections fédérales, il serait arrivé là ce qui se produit partout ailleurs au pays.

Non seulement l’Observatoire du Mont-Mégantic est-il l’un des plus importants en Amérique du Nord, mais c’est aussi un modèle en termes de lutte contre la pollution lumineuse. Son avenir n’est assuré que pour les deux prochaines années… Gardez ça bien en tête au prochain scrutin fédéral.

Aussi dans La vie en vert :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!