Jacques Boissinot/La Presse canadienne Guy Morin est vice-président du groupe opposé au registre québécois des armes.

Les temps sont fertiles en nouveaux candidats en vue des prochaines élections.

Lundi, la CAQ a présenté sa candidate dans Abitibi-Ouest, Suzanne Blais, qui tentera de succéder à François Gendron, député du coin depuis le premier mandat du Premier ministre Taschereau (ou à peu près). D’ailleurs, en conférence de presse, la candidate a appelé François Legault «M. Gendron», ce qui devrait inquiéter son chef qui essaie de se débarrasser de son image de crypto-séparatiste.

Mme Blais est propriétaire de la boutique «Frérot soeurette» à Amos et elle nous avait offert il y a quelques semaines une belle présentation de ses nouveaux foulards, ce qui est quand même ironique considérant la relation tumultueuse qu’entretient son nouveau parti avec le port du foulard. Elle décrivait ainsi dans cette vidéo un nouveau foulard décoré de motifs d’ananas:

«Regardez comment il est rafraîchissant, un petit pinot colada.»

Après le pinot noir et le pinot grigio, voici le pinot colada.

Autre candidature intéressante, celle de Guy Morin, pour le Parti conservateur du Québec dans Portneuf. Guy Morin est le vice-président de Tous contre un registre québécois des armes à feu. Il avait déjà été candidat pour le petit parti d’Adrien Pouliot, obtenant 4,7% des voies dans Arthabaska en 2016.

Il décrivait ainsi ses motivations à Info Portneuf il y a quelques semaines:

«Je veux qu’on ait des lois sur le sens du monde, qu’on ne se lève pas chaque matin étouffé par des lois qui n’ont aucune incidence sur nos vies.»

C’est vrai que se lever étouffé, ça commence une journée de travers.

On se souvient qu’en décembre 2017, M. Morin avait organisé une manifestation contre le registre des armes à feu à la place du 6-décembre-1989, un lieu de commémoration de la tuerie de Polytechnique. La chose avait mal passé dans les médias, et en entrevue, il avait déclaré:

«C’est sûr que ce matin, ça l’air d’une bombe. C’est sûr que Kim Jong-il pourrait faire sauter toutes les bombes nucléaires qu’il voudrait ce matin, y’a personne qui en parlerait.»

Bref, le monsieur semblait bien juger de l’ampleur de son geste. Ou pas. Notez tout de même que si Kim Jong-il faisait sauter des bombes nucléaires, les chances sont bonnes qu’on en parlerait, surtout que Kim Jong-il est mort en 2011.

Enfin, pour expliquer le peu de dangers des armes d’assaut, il nous proposait en 2016 cette belle comparaison:

«Quand qu’on parle d’un AR-15, une arme d’assaut, c’est parce que y’a rien de vrai là-dedans. C’est juste qu’il faut remettre les pendules à l’heure et dire c’est quoi vraiment. […] C’est comme une Honda Civic avec des ailerons, des gros tires, etc. Ça ressemble un peu à ça.»

Dans la foulée de l’attentat à Toronto, vous pouvez aller lire les tweets de Guy Morin pour vous faire une idée du personnage. Mais vous n’êtes pas obligés.

Dernière candidature de marque, celle de Pierre-Luc Coulombe, candidat pour le Parti vert dans Matane-Matapédia. M. Coulombe est un ancien joueur de l’Océanic de Rimouski. Un joueur de hockey environnementaliste, on n’avait pas vu ça depuis Georges Laraque.

Le candidat nous a déjà sorti un très beau perronisme en entrevue à Radio-Canada, par ailleurs:

«Le Parti vert, c’est écrit dur comme fer sur la plateforme, nous, l’éolien, c’est l’énergie du futur.»

Écrire dur comme fer, c’est facile comme de l’eau de roche.

Les libéraux nous avaient déjà démontré que la politique était un sport de «contacts». Avec l’arrivée de Richard Martel au fédéral, la possibilité de voir Enrico Ciccone se présenter et la candidature de Pierre-Luc Coulombe, c’est à une autre sorte de contacts que nous aurons peut-être droit.

Aussi dans Le club des mal cités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!