YouTube Gertrude Bourdon

Depuis le début de la pré-campagne, on questionne beaucoup le «magasinage» que font les candidats avant de choisir un parti. Vincent Marissal a mis la question du magasinage à l’ordre du jour, mais le cas de Gertrude Bourdon est particulier. Après s’être prétendument déclarée péquiste, elle a prétendument dit qu’elle allait se présenter pour la CAQ avant d’assurément s’en aller au PLQ.

À son sujet, Jean-François Lisée a déclaré:

«Gertrude Bourdon est un symbole de l’indécence politique, du vide des convictions.»

C’est quand même gros, considérant que plusieurs anciens péquistes sont maintenant à la CAQ. Des caquistes sont aussi maintenant de fiers députés du PLQ et la CAQ a repêché plusieurs libéraux. Et vice versa. Et on recommence.

Le symbole du vide des convictions est peut-être plus large qu’on ne le pense.

Ce n’est pas d’hier qu’on accuse les politiciens de changer d’idée. Le mot «girouette» a même été interdit à l’Assemblée nationale en 2007 après que Jean Charest eut traité Mario Dumont de girouette à maintes reprises:

«C’est une girouette. Il y a autant de Mario Dumont qu’il y a de jours dans l’année.»

D’ailleurs, Philippe Couillard a su contourner le règlement en 2015 en parlant du PQ ainsi:

«Je voudrais pas répéter l’allusion ancienne à cet instrument qui est mu par l’énergie éolienne et qu’on voit sur certains toits de nos domiciles, mais je dirais que sa formation politique, elle est enfermée dans un carrefour giratoire éternel, monsieur le président !»

Un détour plutôt long qui a le mérite d’écouler le temps et d’éviter de répondre aux questions.

Plus récemment, en dehors de l’Assemblée nationale, Gaétan Barrette, qui s’y connaît en matière de changement d’allégeance puisqu’il a milité pour la CAQ avant de devenir libéral, inventait même un nouveau mot:

«Voilà encore une belle démonstration de girouettisme politique. On est habitués à la CAQ de voir des changements d’orientation soudains.»

La présente campagne est une belle occasion de voir ce «girouettisme» à l’œuvre. S’en est étourdissant.

Aussi dans Le club des mal cités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!