Archives Métro Mauro Biello en a fait sourciller plusieurs le 16 octobre dernier, préférant le modeste Matteo Mancosu au Roi Didier pour commencer le clásico contre Toronto.

C’est connu, le pilote de l’Impact est un grand pragmatique.

Au cours des dernières semaines, il a cependant démontré que ce trait de caractère ne découlait pas d’une aversion pour le risque, bien au contraire!

Il en a d’abord fait sourciller plusieurs le 16 octobre dernier, préférant le modeste Matteo Mancosu au Roi Didier pour commencer le Clásico contre Toronto. Un match vital pour s’assurer une place en séries. Il s’agissait d’une décision difficile à prendre, surtout pour un jeune entraîneur, mais le pari s’est avéré payant pour Biello, malgré le mécontentement somme toute compréhensible de l’Ivoirien.

Dimanche dernier, Biello en a rajouté. Avec un match-barrage à domicile à la clé, il a préféré aligner un onze mulet à New England, afin de reposer la majorité de ses cadres en vue de cette rencontre éliminatoire en milieu de semaine – à ce moment, on ne savait pas si l’Impact jouerait mercredi ou jeudi. Cette décision a soulevé l’indignation de bon nombre de partisans, qui n’ont bien sûr pas manqué d’investir les réseaux sociaux pour l’exprimer.

Malgré une défaite prévisible [3 à 0] face à des Revs qui n’avaient absolument rien à perdre, Biello ne regrette absolument rien : «Ce n’est pas comme au hockey, où tu peux rejouer le jour suivant. Au soccer, les systèmes d’énergie, les charges et la récupération sont différents. J’ai des joueurs qui ont un certain âge. Tenter notre chance [en match-barrage] avec un alignement fatigué, ça devient difficile.»

Ben Olsen, l’entraîneur de DC United – hôte de l’Impact ce jeudi –, a d’ailleurs opté pour le même stratagème dimanche, à Orlando, avec 10 changements par rapport à son alignement de la semaine précédente. Résultat : son jeune XI s’est incliné 4-2 aux mains de la troupe à Kaká, exclue des séries.

N’en déplaise à plusieurs, Mauro Biello ne coache pas pour faire plaisir à la plèbe, mais pour mettre de son côté toutes les chances de gagner. Dans le foot comme ailleurs, ça veut souvent dire savoir penser deux ou trois coups à l’avance et, surtout, faire la sourde oreille à quiconque réclamerait toute forme de gratification instantanée.

En ce sens, l’Impact est entre de très bonnes mains. Reste maintenant à voir si le coach montréalais remportera son deuxième pari du mois d’octobre. Le plus important de sa jeune carrière.

Retour peu probable de Drogba
Toujours ennuyé par des maux de dos, Didier Drogba a sauté sur le terrain d’entraînement une heure après ses coéquipiers, mardi.

L’Ivoirien s’est entraîné en solo une quinzaine de minutes, sous la surveillance du thérapeute de l’équipe. Mauro Biello a par ailleurs qualifié les chances de voir Drogba à Washington pour le match à élimination directe de «très minces».

Aussi dans Le footeur :

blog comments powered by Disqus