The Associated Press Nacho Piatti (photo) et Sebastian Giovinco (Toronto FC) ont accompli des exploits glorieux et semblent fort inspirés par le fait d’avoir été snobés dans la course au titre du joueur le plus utile de 2016.

Après avoir causé la surprise contre DC United et les Red Bulls de New York, l’Impact campera encore une fois le rôle de négligé en demi-finale de la MLS Cup, face à son grand rival torontois.

Ce rôle, le club montréalais l’affectionne particulièrement. On n’a qu’à se rappeler son parcours historique en Ligue des Champions CONCACAF l’an dernier, alors que cette équipe sortie de nulle part avait déjoué pronostic après pronostic avant de voir le géant mexicain América la coiffer au fil d’arrivée!

Dans un contexte de séries aller-retour et de duels hauts en émotions, le Bleu-blanc-noir semble être capable d’aller puiser le meilleur de lui-même. Surtout pendant les présentes séries éliminatoires, au cours desquelles l’esprit de corps de ce groupe paraît être à toute épreuve.

Face au rouleau compresseur du Toronto FC – qui a terrassé le pauvre NYCFC 7 à 0 au cumulatif –, un dilemme tactique se présente d’ores et déjà pour Mauro Biello : devant un Impact autrement plus solide défensivement, Greg Vanney et ses hommes pourraient le laisser proposer le jeu et chercher à lui faire mal en contre-attaque. Bref, faire goûter aux Montréalais la même médecine qu’ils ont servie aux Red Bulls.

Advenant un tel scénario, l’Impact a les éléments nécessaires pour jouer la possession, notamment avec le trio Donadel-Bernardello-Bernier au milieu qui, grâce à la pause internationale, aura tout le temps voulu pour panser ses blessures et reposer des jambes qui en ont grandement besoin. De plus, la présence de Didier Drogba pourrait s’avérer cruciale; il ne faut surtout pas écarter la possibilité de le voir ouvrir le match aller au Stade olympique, le 22 novembre au soir.

Cela dit, c’est la bataille des 10 qui sera assurément le facteur déterminant de cette série, et ce, peu importe les dispositions tactiques. Nacho Piatti et Sebastian Giovinco, les deux meilleurs de la MLS, ont accompli des exploits glorieux et semblent fort inspirés par le fait d’avoir été snobés dans la course au titre du joueur le plus utile de 2016.

Un autre grand chapitre de l’histoire de notre foot s’écrira donc sous nos yeux, avec à la clé l’honneur de devenir le premier club canadien à se frayer un chemin jusqu’à la grande finale de la MLS Cup.

De quoi pimenter une rivalité grandissante, mais déjà fort relevée!

Grand-messe du foot au Stade olympique
Même si les hostilités ne seront lancées que dans 12 jours, l’engouement pour cette finale d’association toute canadienne est déjà palpable!

Moins de 48 heures après l’ouverture des guichets, l’Impact annonçait avoir franchi le cap des 30 000 billets vendus.

On peut donc s’attendre à voir une autre foule monstre encourager le XI montréalais au Big-O. Le match retour sera présenté le 30 novembre, au BMO
Field de Toronto.

Aussi dans Le footeur :

blog comments powered by Disqus