Getty Images L’Impact tentera de venger ce soir sa défaite de l’an dernier en finale de l’Est contre le Toronto FC.

De la grande visite pour une grande occasion, ce soir au Stade Saputo, alors que l’Impact accueillera son ennemi juré, le Toronto FC, pour le match aller de la finale du Championnat canadien.

Un Clásico du Nord, dans un contexte d’élimination directe, avec le titre canadien à la clé… Voilà de quoi émoustiller à la fois le fanatique de foot et l’amateur occasionnel qui sait apprécier une bonne vieille rivalité.

Rivalité qui a atteint son paroxysme l’automne dernier lorsque les Reds se sont frayé, in extremis, un chemin vers le match ultime de la MLS Cup, après une finale de l’Est chaudement disputée – 7 à 5, au cumulatif des buts.

Pas étonnant donc que, pour les Montréalais, ces retrouvailles aient une saveur de revanche.

«Pour moi, la rivalité contre Toronto, elle est très grande, surtout avec la fin de saison dernière, a assuré Patrice Bernier, hier. La ligue l’a même qualifiée de rivalité la plus excitante. On garde des souvenirs de l’an dernier, mais nous avons la chance de devenir champions canadiens et nous allons tout faire pour donner une bonne performance lors du premier match, et prendre l’avance avant d’aller à Toronto.»

Face à la meilleure formation de la MLS, la tâche s’annonce cependant compliquée pour le Bleu-blanc-noir. Les Torontois trônent au sommet du classement général et affichent un dossier des plus reluisants de 8-1-1 à leurs 10 derniers affrontements, menés par le rouleau compresseur offensif formé de Vázquez, de Giovinco et d’Altidore.

Cela étant dit, les hommes de Mauro Biello ont su prouver, au cours des dernières semaines, qu’ils peuvent donner du fil à retordre aux meilleurs, allant chercher, coup sur coup, deux précieux points dans les forteresses du Sporting Kansas City et de Orlando City. La clé, pour le onze montréalais, sera de donner une performance complète, durant 90 minutes, et d’éviter comme la peste les flottements sporadiques auxquels il nous a habitués au cours des derniers mois. Le moindre relâchement sera fatal contre les Torontois.

Le 12e joueur aura également son mot à dire dans cette série aller-retour. En espérant que le public montréalais sache donner aux siens un avantage du terrain digne d’un Clásico. Digne d’une finale. Beaucoup d’entre vous ont encore en travers de la gorge cette soirée du 30 novembre 2016. Voilà votre chance d’exorciser vos démons!

Jeux psychologiques
Dans toute finale, l’expérience et la roublardise peuvent faire toute la différence.

Sebastian Giovinco est reconnu pour perdre les pédales lorsqu’il est le moindrement bousculé et/ou contrarié. Les vétérans de l’Impact devront être en mesure d’appuyer sur les «bons» boutons du diminutif italien, tout en s’assurant de demeurer dans la légalité, afin de ne pas mettre leur équipe dans l’embarras. Un exercice aussi périlleux que crucial.

Aussi dans Le footeur :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!