Graham Hughes/La Presse canadienne Jonathan dos Santos, du Galaxy, et Ignacio Piatti, lundi

Si la troupe de Rémi Garde, blanchie à ses trois dernières sorties, manque cruellement de créativité offensive, elle déborde d’imagination lorsqu’il s’agit d’inventer de nouvelles façons de perdre des matchs…

Lundi, devant un Stade Saputo bondé, l’Impact a trouvé le moyen de perdre un troisième match consécutif, 1 à 0, devant le LA Galaxy qui a dû se défendre avec un homme de moins à partir de la 42e minute de jeu, après que Zlatan Ibrahimovic a vu rouge pour avoir giflé Michael Petrasso.

Si cette autre triste performance ne s’avère guère surprenante – le onze mont­réalais connaît le pire début de saison depuis son entrée en MLS, avec sa fiche de 3-9-0 –, les propos à chaud du président Joey Saputo dans l’émission d’après-match du 98,5 FM n’ont laissé personne indifférent.

«J’ai eu des discussions avec le staff technique et c’est certain qu’il y aura des changements à la fenêtre de juillet. On doit bouger, la position dans laquelle on se trouve est inacceptable […] il y aura beaucoup de changements, dont certains qui déplairont malheureusement aux partisans, mais ce sera pour le bien de l’équipe.»

Bondissant sur les propos de Saputo et faisant référence aux récentes rumeurs envoyant Nacho Piatti en Argentine, le collègue Jeremy Filosa a demandé à Saputo s’il avait l’intention de vendre son joueur étoile afin de procéder à une sorte de reconstruction, ce à quoi le propriétaire du Bleu-blanc-noir a candidement répondu: «Aujourd’hui, dans cet effectif, il n’y a pas d’intouchables. […] Nous avons sous-estimé le niveau de la ligue: sommes-nous mieux d’avoir trois joueurs à deux millions plutôt qu’un joueur à six millions?»

Il n’en fallait pas plus évidemment pour mettre à feu et à sang une twittosphère déjà embrasée par les pitoyables résultats du club. Maintenant, à tête reposée, que faire des propos du président?

Personnellement, je les prends avec un grain de sel. Est-ce possible de voir Piatti partir en juillet? Bien sûr… mais c’est hautement improbable. À moins d’une offre mirobolante, le bon Nacho et sa famille n’auront pas à quitter cette ville qu’ils aiment tant, et ce type d’offre ne se produit que très rarement pour un joueur de 33 ans, aussi bon soit-il. Surtout pas venant de clubs du championnat argentin, là où il poursuivrait vraisemblablement sa carrière si ce n’est pas avec l’Impact. Une autre équipe de la MLS? Oubliez ça!

Bref, il est encore très tôt pour paniquer et déchirer son maillot floqué 10. Même avant ces déclarations, il était clair que le prochain mercato servirait à mener une sorte de phase 2 dans le grand chantier dirigé par Rémi Garde. Ne reste qu’à espérer qu’au sortir de cet exercice, son alignement aura considérablement moins de trous et davantage de qualité balle au pied.

Ce n’est pas avec Marco Donadel en charnière centrale, avec Piatti en pointe et sans un semblant de meneur de jeu qu’on se mettra à rêver de séries éliminatoires…

L’Europe sera-t-elle Red ou Merengue?

C’est ce samedi, à Kiev, que s’affronteront Real Madrid et Liverpool au cours d’une finale aussi attendue que rafraîchissante dans l’actualité de la plus grande compétition européenne de clubs, dominée la plupart du temps par les suspects d’usage.

Si Los Blancos tentent de mettre la main sur un 3e sacre consécutif en Ligue des Champions – un 13e au total – le mythique club anglais cherche sa sixième Orejona depuis maintenant 13 ans.

Un duel sous-jacent qui promet d’être tout aussi passionnant est celui opposant le roi incontesté d’Europe, en club et en sélection, le Portugais Cristiano Ronaldo, à celui qui est venu amener une trop rare troisième option à la conversation entourant le Ballon d’or; l’Égyptien Mohamed Salah.

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai comme un pressentiment que cette finale Kiev 2018 restera très longtemps gravée dans nos mémoires!

Aussi dans Le footeur :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!