Getty Images

Nous y voilà presque! Un peu plus d’un mois après avoir entendu retentir le tout premier coup de sifflet du tournoi, le colossal stade Loujniki s’apprête à accueillir ce tant attendu match numéro 64: la grande finale de cette fabuleuse Coupe du monde russe!

Finale inédite, qui plus est, avec une Croatie teigneuse et effrontée, qui s’est invitée dans la grande histoire du Mondial sans demander la permission, devenant la 13e nation seulement à atteindre le match ultime. Elle y rejoint la France, arrivée par un chemin plus logique et prévisible à son troisième grand rendez-vous.

Une reprise de la demi-finale de 1998, qui avait vu les Bleus revenir au score grâce au doublé de Lilian Thuram pour l’emporter 2 à 1, en route vers leur premier titre mondial, quatre jours plus tard.

Deux parcours aux antipodes, surtout: une Croatie qui a survolé la première ronde pour ensuite devoir ramer à contre-courant comme une forcenée en phase éliminatoire et cette France qui, après avoir sous-performé en phase de groupes, a trouvé son rythme quand ça comptait vraiment.

Les hommes de Zlatko Dalic arrivent donc à ce duel ultime avec un match de plus dans les jambes, ayant survécu successivement à deux séances de tirs au but (face au Danemark et à la Russie) et une prolongation (devant l’Angleterre), le tout en revenant au score à ces trois occasions. Si la fatigue physique pourrait bien être un facteur non négligeable dimanche, l’état d’esprit de cette équipe semble immuable.
La troupe de Didier Deschamps a quant à elle su résister, ronde après ronde, à l’hécatombe des favoris devenue la marque de commerce de ce tournoi hors normes. Après avoir cédé trois fois face à l’Argentine en huitièmes, la France a blanchi l’Uruguay et la Belgique coup sur coup pour gagner sa place en finale.

On parle beaucoup, à raison, du travail remarquable de N’Golo Kanté et de Paul Pogba au milieu et de cette charnière centrale Raphael Varane – Samuel Umtiti, mais les succès défensifs de cette équipe de France ne portent pas de nom propre. Il s’agit bel et bien d’une affaire collective.

Le duel annoncé entre Kanté et Luka Modric pourrait cependant être l’un de points centraux de ce match, alors que l’homme de Chelsea semble être la solution tout indiquée pour contrer la clarté et la fluidité qu’apporte le meneur de jeu croate, qui sait temporiser son milieu de terrain comme un maestro conduit son orchestre – un luxe absolu à l’âge du jeu direct à outrance.

L’autre clé du match pourrait se trouver dans l’entente qu’auront Antoine Griezmann et Kylian Mbappé. S’ils réussissent à recréer ne serait-ce que le quart du vertige offensif qu’ils ont su infliger à l’Argentine, dans ce match-réveil, ça pourrait être plié dès la mi-temps. Une commande évidemment beaucoup plus complexe, face à un client autrement plus étanche sur le plan défensif.

Il n’en demeure pas moins que les deux jeunes moteurs de cette attaque française possèdent tous les atouts pour réaliser un tel exploit. Reste à voir si la physionomie du match le leur permettra. Il en va de même pour la magie de Modric, face au superbe collectif français.
En espérant que ces derniers sauront prendre les commandes de ce match, question qu’on se régale bien comme il faut une dernière fois… jusqu’à la prochaine!

Aussi dans Le footeur :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!