AFP Jimmy Briand

Alors qu’on croyait le dossier Jimmy Briand mort et enterré du côté de l’Impact, le point de presse de Rémi Garde l’a remis à l’avant-plan, hier.

Avant toute chose, un résumé de la situation: tout était en place pour que l’attaquant français rejoigne le Bleu-blanc-noir la semaine dernière, mais il s’est désisté à la dernière minute pour une question contractuelle, préférant rester en France. Le président Joey Saputo n’a pas digéré cette volte-face et a décidé de passer à un autre appel, coupant les communications avec le joueur et son représentant.
Si le temps semble avoir calmé les frustrations de part et d’autre, c’est surtout la forte volonté de Rémi Garde de voir ce transfert se concrétiser qui pourrait corriger une situation qui semblait, jusqu’à hier, dans l’impasse.

Lorsque questionné sur l’espoir qu’il entretenait de voir le dialogue reprendre entre le club et le clan Briand, l’entraîneur montréalais n’y est pas allé par quatre chemins: «Il y a plus qu’un espoir. J’ai fait ce que je pouvais. Je fais ce que je peux. Je n’abandonne pas.»

Quelques instants auparavant, Garde avait insisté sur le fait que l’échec de ce transfert était extrêmement «contrariant» pour lui, qui avait fait de Briand – qu’il a eu sous sa gouverne à Lyon de 2011 à 2014 – sa cible de choix pour ce mercato estival. Un renfort qui ferait par ailleurs un bien fou à une attaque qui commence à prendre son envol, mais manque cruellement de qualité en pointe.

Plus tard dans la journée, le collègue Jeremy Filosa rapportait qu’une source au courant du dossier lui assurait que les conversations n’étaient effectivement pas tout à fait terminées entre les deux parties.

Est-ce que Rémi Garde et Nick De Santis (qui s’occupe du dossier Briand depuis des mois) auront réussi à convaincre Joey Saputo de mettre son ego de côté pour le bien-être du club? Connaissant le bouillant président, ce serait surprenant, mais pas impossible: à huit jours de la fermeture de la présente fenêtre de transferts, s’il fallait que l’Impact se peinture dans le coin pour une question d’orgueil, ce serait catastrophique sur le plan sportif, mais ça représenterait aussi une forte pente à remonter en termes de crédibilité chez des supporters qui commencent à en avoir marre des changements de direction soudains de l’état-major du club.

D’autre part, si on se fie au ton agacé de Rémi Garde depuis le début de cette saga, il n’est pas impossible que les premières frictions sérieuses entre l’entraîneur et son président aient eu lieu au cours des derniers jours. Bien qu’il ne faille pas s’en inquiéter outre mesure, car elles font inévitablement partie de ce type de relation, elles pourraient marquer un avant et un après dans l’implication (pour ne pas dire l’ingérence) de Joey Saputo dans le volet sportif.

En espérant que ce soit pour le mieux.

De la belle visite au stade Saputo
Ce samedi, l’Impact tentera de faire oublier son élimination du Championnat canadien et son revers face au Atlanta United en recevant le cancre de l’Est, DC United. Mais attention! La visite débarquera au stade Saputo avec sa plus récente acquisition, l’ex-gloire de Manchester United Wayne Rooney.

Depuis l’arrivée de l’Anglais, la troupe de la capitale américaine a amassé deux victoires en quatre sorties, doublant ainsi son total de la saison.

Wazza a par ailleurs causé toute une frousse à ses nouveaux fans samedi dernier. Après avoir inscrit son premier but en MLS, l’attaquant est entré en collision avec le défenseur des Rapids Axel Sjöberg dans les arrêts de jeu, ce qui lui a valu cinq points de suture et un nez fracturé.

Heureusement pour Rooney, et pour les fans montréalais qui aimeraient le voir en action, il a reçu le feu vert des médecins pour affronter l’Impact. Un solide gaillard!

Aussi dans Le footeur :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!