Frank Gunn/La Presse canadienne Samuel Piette et Sebastian Giovinco, sur le point de tromper Evan Bush

«L’important, c’est de bien terminer.» Dans la MLS, cette affirmation est tout sauf un cliché. Les clubs qui trouvent leur erre d’aller en deuxième moitié de campagne connaissent plus souvent qu’autrement des parcours éliminatoires intéressants.

Du côté de l’Impact, on a vécu l’heureux côté de cette réalité en 2015, quand, propulsé par le congédiement de Frank Klopas et l’arrivée en grande pompe de Didier Drogba, le onze mont­réalais complétait le calendrier régulier avec 7 victoires à ses 11 derniers matchs pour ravir le troisième rang de l’Est.

En séries, les hommes de Mauro Biello avaient poursuivi sur leur superbe lancée, passant à quelques minutes seulement d’une place en finale de conférence, s’inclinant finalement en prolongation devant le Crew de Columbus.

Depuis la fin de 2016, où il a atteint la demi-finale de la Coupe MLS, le Bleu-blanc-noir baigne cependant dans la médiocrité, sportive et institutionnelle, la plus absolue. Ankylosé par le «plan rentabilité» de cinq ans (pour ne pas dire le «plan austérité») de Joey Saputo, l’Impact n’a jamais même cherché à combler l’immense apport d’une figure comme Drogba, autant sur le terrain qu’à l’extérieur.

Plus d’attaquant vedette. Plus d’équipe réserve (RIP FC Montréal). Plus de département marketing… Bref, un club qui n’est plus capable de suivre la parade dans une ligue qui se bonifie à la vitesse grand V, avec des propriétaires qui savent s’entourer des meilleurs à tous les paliers et voient – ô surprise! – ces investissements rapporter à court terme.

À cet égard, l’embauche de Rémi Garde et de son staff demeure un excellent coup de la part de M. Saputo. Il n’en demeure pas moins que, comme je l’écrivais dans ces pages en mai dernier, pour tirer pleinement profit de l’avantage compétitif que peut offrir une équipe technique de cette qualité, la structure institutionnelle doit suivre. Nous sommes loin du compte malheureusement.

Dans une ligue où l’attaque est reine et maîtresse, l’Impact est avant-dernier dans la colonne des buts marqués par match (derrière les très ternes Rapids du Colorado). Encore une fois, et peu importe les raisons, on ne peut que regretter l’échec retentissant que fut le dossier Jimmy Briand, ainsi que le manque de solutions de rechange.

Tout comme l’an dernier, l’Impact semble manquer de carburant au pire moment, après un bref regain de vie. Tout comme l’an dernier, cette équipe semble incapable d’élever son jeu lorsque la situation le commande. Comme ce fut le cas en demi-finale du Championnat canadien face à Vancouver, ou encore le week-end dernier, contre le Toronto FC. L’incapacité de l’état-major à aller chercher des renforts offensifs de qualité aura pesé lourd sur le moral des troupes cette fois.

Mardi, les joueurs ont tenu une réunion pour se parler «dans le blanc des yeux». Comme ils l’avaient fait l’an dernier d’ailleurs, avant de terminer l’année sur cinq défaites consécutives…

Pendant que la cote des Montréalais est dangereusement à la baisse dans l’indice MLS, avec une seule victoire à leurs six dernières sorties, DC United (4-1-2) et le TFC (3-1-3) semblent en excellente position pour les coiffer au fil d’arrivée, avec respectivement trois et un match en main.

J’espère sincèrement être dans l’erreur, mais je vois mal cette équipe trouver en elle ce qu’il faut pour renverser la vapeur. Malgré le bon travail de Rémi Garde, la tendance est très lourde et le verdict est sans appel : l’Impact est aujourd’hui un club de moitié de tableau vers le bas…

Et ce constat ne date malheureusement pas de cette année.

Aussi dans Le footeur :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!