The Associated Press Alejandro Silva, Ignacio Piatti et Rod Fanni

Alors que les séries de la MLS s’amorçaient mercredi soir, les joueurs de l’Impact de Mont­réal étaient en mode bilan d’après-saison, 72 heures après être passés bien près de déjouer les pronostics.

Cette saison en demi-teinte a laissé joueurs et amateurs sur leur faim mais, de part et d’autre, l’espoir dépasse largement la déception d’avoir raté les séries éliminatoires, malgré une belle remontée en deuxiè­me moitié de saison.

Évidemment, la difficile entame de saison a compliqué les choses, mais une fois que Rémi Garde et son staff technique ont commencé à trouver leurs marques dans leur nouvel environnement, et que la chimie d’un groupe, qui comptait pas moins de 16 nouveaux venus, a commencé à s’installer, les lacunes de l’effectif sont devenues évidentes.

«On a gagné seulement 3 de nos 13 premiers matchs, et sur les derniers 21, on a fait 34 points, donc on a bien fini la saison. Avec deux victoires de plus, on rentrait dans les playoffs et on jouait aujourd’hui [mercredi], a résumé Ignacio Piatti. Après, c’est la job du coach et de Joey [Saputo] de déterminer ce qu’il nous manque, mais j’espère que nous garderons le même noyau l’année prochaine, avec quelques renforts pour aider.»

À l’instar de la majorité de ses coéquipiers, le joueur par excellence de l’année 2018 chez l’Impact a préféré ne pas entrer dans le détail à savoir quels postes on devrait améliorer en 2019. Seul Samuel Piette a osé s’aventurer dans cette direction, soulevant, non sans un certain courage, une grande évidence : «Sans lancer de flèche à personne, si on regarde dans la ligue, les équipes qui ont du succès ont toutes un grand attaquant de pointe qui marque de 10 à 15 buts par saison; je pense que ça nous ferait du bien.» À eux trois, Matteo Mancosu, Anthony Jackson-Hamel et Quincy Amarikwa en ont totalisé… six.

Juste en dessous de cet attaquant d’envergure, qu’on cherche depuis maintenant deux ans, on est en droit d’espérer que tout en haut de la liste d’épicerie de Rémi Garde se trouve aussi un milieu axial, un vrai bon 10, question d’insuffler un peu de vie et de créativité à une offensive qui a cruellement manqué de diversité et de couleur. Un autre morceau qui manque au puzzle mont­réalais depuis je ne sais combien d’années…
Le bilan du coach a lieu jeudi. On lui posera certainement beaucoup de questions au sujet de cette liste d’épicerie.

Avec des éléments de qualité à ces deux postes névralgiques, l’Impact serait, à mon sens, tout près d’avoir une équipe susceptible de battre n’importe quel rival en MLS, n’importe quel soir. Au risque de me répéter, dans le Circuit Garber, c’est l’attaque qui gagne des championnats.
En espérant que l’état-major de l’Impact ne regarde pas trop à la dépense et donne à Rémi Garde les moyens de ses ambitions durant la saison morte afin de compléter ce noyau, somme toute solide, avec des renforts de qualité internationale.

Une troisième saison consécutive sans séries éliminatoires, et une cinquième sans championnat canadien, c’est pas mal la seule chose que Joey Saputo ne peut pas se permettre.

Aussi dans Le footeur :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!