JASON FRANSON Sophie Schmidt, Adriana Leon. JASON FRANSON / La Presse Canadienne

Comme l’a si bien tweeté cette semaine notre chef de pupitre, Baptiste Barbe, les affrontements de quarts de finale de la Coupe du monde féminine sauront captiver «les amateurs de soccer, d’Histoire et de géopolitique». Voici donc un aperçu de ces quatre affiches fort intéressantes.

Allemagne-France, vendredi 26 juin 16h – Stade olympique, Montréal
Les Allemandes arrivaient au Canada avec le sceau de favorites, mais aussi quelques points d’interrogation dans leur balluchon, notamment en raison de nombreuses blessures. Au fil des matchs, elles ont su dissiper le moindre doute les entourant, démontrant toute leur force des deux côtés du ballon. Outre cette nulle de 1 à 1 contre la Norvège, la Mannschaft a fait figure de rouleau compresseur, avec Anja Mittag et Celia Stasic aux commandes de l’attaque.

Malgré un tournoi en dents de scie, la France reste un adversaire de taille pour l’Allemagne. Les Bleues doivent cependant retrouver ce jeu racé qui les caractérise et qui a fait défaut jusqu’ici. La foule montréalaise, qui les a naturellement adoptées comme deuxièmes favorites, pourrait donner aux cousines l’élan dont elles ont besoin devant la puissance adverse.

Chine–États-Unis, vendredi 26 juin 19h30 – Lansdowne Stadium, Ottawa
Bien que l’étoile de l’équipe américaine semble quelque peu pâlie, elle a tout de même trouvé le moyen de terminer en tête du Groupe de la Mort. Du jeu irrégulier mais teigneux aura permis à la troupe d’Abby Wambach de se rendre en quarts, où l’attend de pied ferme une Chine jeune, mais bien organisée et prête à tout pour le bien collectif. Les Américaines demeurent parmi les favorites, mais ce sera une dure bataille, et l’absence de Megan Rapinoe (suspendue pour accumulation de jaunes) se fera certainement sentir.

Australie-Japon, samedi 27 juin 16h – Commonwealth Stadium, Edmonton
L’Australie est une des belles surprises de ce tournoi. Survivantes de ce Groupe de la Mort, les Matildas ont ensuite prouvé tout leur sérieux en éliminant le Brésil en huitièmes. Cette équipe jeune et totalement décomplexée a ce qu’il faut pour causer la surprise face aux Japonaises.

Extrêmement efficaces, les championnes en titre se sont rendues en quarts en remportant tous leurs matchs par la plus petite marge, mais ont su démontrer, dans le processus, toute leur qualité avec le ballon. S’il réussit à se débarrasser des hargneuses Australiennes, le Japon pourrait très bien nous rejouer le coup de 2011.

Angleterre-Canada, samedi 27 juin 19h30, BC Place, Vancouver
Les Canadiennes ont su se faufiler en quarts sans briller, mais devront générer un peu plus de magie si elles espèrent continuer à être le personnage principal de cette belle aventure.

Au risque de me répéter, la bande à Christine Sinclair doit profiter de son statut de locale pour se lâcher et s’amuser sur le terrain, alors qu’on a l’impression que l’appui de la foule représente davantage une pression. La tâche s’annonce corsée contre une équipe anglaise qui semble avoir trouvé son erre d’aller contre la Norvège, en huitièmes, après quelques performances irrégulières en phase de groupes.

Aussi dans Le footeur :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!