Graham Hughes/La Presse canadienne L’attitude de Didier Drogba est non seulement pleine de lucidité, mais elle reflète surtout cette confiance renouvelée qui transpire de cette équipe, selon notre chroniqueur Arcadio Marcuzzi.

S’il y en avait encore pour douter de l’apport de Didier Drogba, à 37 ans, à l’Impact de Montréal, l’Ivoirien s’est chargé de réduire à néant tout argumentaire pointant en cette direction.

Drogba a mené samedi sa nouvelle équipe à une victoire fort importante, en pleine course aux séries, avec rien de moins qu’un triplé.

Réalisme, détermination et leadership. C’est ce qu’a su insuffler au onze montréalais celui dont la dernière titularisation remontait au 24 mai dernier, alors qu’il célébrait le quatrième sacre de Chelsea en Premier League. Combinée au retour au jeu d’Ignacio Piatti, sa contribution ne pouvait arriver à un meilleur moment pour mettre un terme à l’apathie offensive qui affligeait la troupe de Mauro Biello.

À l’issue de la rencontre, l’Argentin semblait d’ailleurs ravi de sa première expérience officielle derrière Drogba. «Avec Didier qui tient le ballon et fait de la place devant, tout devient plus facile. Ça nous donne plus d’options pour monter ou envoyer le ballon, des possibilités que nous n’avions pas auparavant.» Les deux joueurs nous ont d’ailleurs donné un avant-goût d’une complicité qui pourrait s’avérer terrible pour les défenses adverses.

Sur le deuxième but de Drogba, par exemple, Ignacio Piatti a pris par surprise la ligne arrière du Fire en jouant rapidement un coup franc. Une petite insolence typique d’un joueur d’une certaine envergure, qui devient cependant inutile s’il ne compte pas sur un partenaire du même calibre pour la lire et la compléter.

Pas du style à s’asseoir sur ses lauriers, l’homme du match a, d’entrée de jeu, tempéré l’euphorie ambiante qui régnait dans le vestiaire montréalais. «Nous avons concédé beaucoup trop de buts à domicile. Pour une équipe qui veut se rendre loin en séries, on se doit de faire mieux.» L’attitude de Drogba est non seulement pleine de lucidité, mais elle reflète surtout cette confiance renouvelée qui transpire de cette équipe, dont on doutait de la capacité à accéder aux séries il y a à peine un mois.

«Identité» et «philosophie» n’étaient pas des mots jetés au hasard par Biello lors de sa présentation officielle, il y a deux semaines. Quand des joueurs comme Laurent Ciman, Ignacio Piatti et Didier Drogba composent la colonne vertébrale d’une équipe, ces concepts ne peuvent que faire partie intégrante de l’équation. Avec 10 matchs à faire en saison régulière, et une place en séries qui semble tout à fait prenable, on peut s’attendre à ce que le bleu-blanc-noir nous fasse encore rêver au cours des prochains mois.

Quant à vous, qui entreteniez des doutes au sujet de la motivation de Drogba, ou qui ne saisissiez pas tout à fait l’engouement qu’avait suscité son arrivée, je vous dis bienvenue et vous souhaite un bon spectacle!

Employé de la semaine
Didier Drogba a été nommé joueur de la dernière semaine dans la MLS. Le joueur désigné de l’Impact de Montréal a récolté cet honneur après seulement son premier match en tant que partant avec sa nouvelle équipe. Il a mené les siens à une victoire de 4-3 contre le Fire de Chicago, samedi, grâce à un tour du chapeau.

Aussi dans Le footeur :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!