Quel instinct a eu Marc Bergevin de faire l’embauche d’Al Montoya cet été. Pas qu’on n’aimait pas Mike Condon, mais on avait pas mal fait le tour des jeux de mots avec son nom de famille.

C’est plus difficile de faire un jeu de mots avec Montoya, évidemment. Mais il a d’autres qualités. Il est bon pour garder les buts. C’est déjà ça de pris.

Hier contre le Buffalo, il a gardé le fort en l’absence de Carey Price, victime d’une grippe. Et pas qu’une petite grippe. Une grippe d’une semaine. C’est ce qu’on appelle une grippe de gardien de but, et ça, c’est bien pire qu’une grippe d’homme. La grippe de gardien de but peut parfois se transformer en blessure au bas du corps.

Heureusement, on a l’habitude à Montréal d’attendre après Price et personne ne s’inquiète vraiment de son absence. Montoya nous a prouvé hier qu’il était prêt à garder les buts dans une soixantaine de matchs sans problème. Voilà qui est rassurant.

Aussi dans Le Sportnographe :

blog comments powered by Disqus