Getty Images Max Pacioretty

Questionné au sujet du rendement décevant de Max Pacioretty, Michel Therrien a répondu que des fois, il faut aller chercher la rondelle dans le coin plutôt que d’attendre comme un épais à l’orée de la zone payante. Bon, il ne l’a pas dit ça comme ça, mais c’est ça que ça voulait dire.

Encore une occasion de se questionner sur la relation entre le coach et son capitaine. On se souvient que Therrien aurait présumément peut-être dit sous toutes réserves dans un tournoi de golf cet été que Pacioretty était le pire capitaine de toute l’histoire de Canadien. Toute une insulte, surtout qu’on se souvient que Sprague Cleghorn en 1922, c’était pas les gros chars.

Il nous semble que d’insulter son ancien meilleur attaquant à qui mieux mieux n’est peut-être pas la chose à faire pour le relancer. En fait, c’est presque pire que de le jumeler à David Desharnais ou Philip Danault, qui sont les autres solutions de Therrien.

Les grands stratèges comme Jean Perron ou Napoléon Bonaparte vous le diront: miser sur son quatrième trio pour faire produire un joueur improductif est une stratégie qui n’a jamais fonctionné dans toute l’histoire des stratégies. On invite Michel Therrien à retourner à sa table à dessin.

Aussi dans Le Sportnographe :

blog comments powered by Disqus