Getty Images Marc Bergevin

Dans sa traditionnelle conférence de presse de saison désastreuse, Geoff Molson, le baron de la microbulle, nous avait promis le début d’une nouvelle ère pour Canadien.

On salivait déjà devant la promesse d’une offre alimentaire renouvelée au Centre Bell, autant dans les gradins que sur la glace, avec l’arrivée potentielle de nouveaux jambons de catégorie supérieure.

Déjà, avec sa belle position au repêchage, Marc Bergevin peut espérer mettre la main sur un jeune de nos jours qui pourra aider l’équipe à court terme et peut-être attirer un centre de premier trio, qui lui-même attirerait un centre de deuxième trio, qui lui-même attirerait un centre de troisième trio pour ainsi régler tous les problèmes de l’équipe à l’attaque.

Mais les changements se font aussi sentir sur l’autoroute de l’information, où le gestionnaire de communauté a décidé de se lâcher lousse et de se prendre pour le gestionnaire de communauté des Golden Knights de Vegas, reconnu pour sa répartie sanglante et pour ses mots d’esprit.

Il s’avère toutefois qu’il est plus difficile d’être facétieux sur Twitter lorsque son équipe a terminé au 27e rang de la «Ligne» nationale. Après avoir nargué le Boston à la suite de son élimination, les répliques cinglantes n’ont pas tardé. Même Réjean Tremblay a répondu au gazouillis de Canadien dans le journal, titrant : «Un tweet de twit.»

Fallait y penser.

Comme l’a écrit un utilisateur anonyme de Twitter, avec une telle attitude, il est probable que le gestionnaire de communauté soit bientôt échangé à Nashville.

On souhaite que ce ne soit pas le cas, évidemment. Le sport, c’est fait pour jouer, ou quelque chose comme ça. Avec un peu d’entraînement et une équipe qui gagne la Coupe, la nouvelle confiance de Canadien sur les réseaux sociaux pourrait être payante pour remettre l’équipe au goût du jour.

Aussi dans Le Sportnographe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!