Getty David Desharnais

Mardi soir, en entrevue d’après-match sur la glace du Centre Bell après la remontée un peu spectaculaire de Canadien, David Desharnais a prononcé ce que le sociologue Max Weber aurait qualifié d’idéaltype d’une vraie affaire: «Des buts gagnants, ça en prend pour gagner.»

N’attendant que la fin de la réponse de Desharnais avant de lui poser sa prochaine question, Marc Denis, une fois la réponse de David Desharnais complétée, lui a en effet simplement posé la prochaine question écrite su son petit carton. Or, l’idée est intéressante: que se serait-il passé si, plutôt que Marc Denis, un véritable journaliste avait effectué l’entrevue avec Desharnais?

Imaginons la scène. Un journaliste de La Presse Canadienne (PC), ou encore du quotidien Le Devoir, se retrouve sur la glace du Centre Bell avec David Desharnais qui vient de marquer le but gagnant. À la différence de Marc Denis, le journaliste ne fait pas qu’attendre la fin de la réponse de Desharnais, il l’écoute également, afin de rebondir, si cela est pertinent (on ne parle pas des propos de Desharnais, ici). Ce que le journaliste fait : «Donc, ce que vous nous dites, Monsieur Desharnais, c’est que votre équipe doit marquer plus de buts que l’équipe adverse pour remporter un match. Est-ce fidèle à votre pensée?» David Desharnais, se demandant du coup qui est ce journaliste, de répondre: «Fectivement, Marc… Euh.»

Reprenant le micro, le journaliste, déterminé à remplir son mandat de journaliste, ajoute: «Monsieur Desharnais, marquer des buts gagnants pour gagner, n’est-ce pas l’objectif principal du sport qu’est le hockey? Si oui, pourquoi tenir à ce point à affirmer devant les spectateurs encore présents au Centre Bell que votre objectif, comme équipe, est d’atteindre l’objectif principal du sport qu’est le hockey, le tout, considérant que nous sommes ici pour vous voir jouer au hockey et qu’il est conséquemment logique que vous soyez ici pour atteindre, sinon, du moins, tenter d’atteindre cet objectif, sans quoi nous serions dans l’obligation de postuler que vous êtes ici pour les mauvaises raisons et que cela fait de vous un odieux personnage, un imposteur même, voire un très mauvais représentant de l’uniforme de Canadien?»
Cela fait beaucoup de mots à comprendre pour le petit David, lui qui est habitué aux questions avec la réponse dedans, du genre «Vous avez fait une belle remontée, vous devez être contents, hein?»

Or, quand on y pense, il ne servirait à rien de s’acharner ainsi sur Desharnais, car au fond, il n’a pas tort. Des buts gagnants, ça en prend pour gagner. Autrement, une équipe perd.

Bref, c’est peut-être des joueurnalistes dont on n’a pas tant besoin.

Aussi dans Le Sportnographe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!