Getty Le dur-à-cuire des Coyotes John Scott mène le scrutin en vue du match des étoiles.

Il faut se rendre à l’évidence: c’en est fini pour Canadien. Le temps est venu de lancer la serviette. C’est la seule façon d’espérer retirer quelque chose de cette saison catastrophique.

Si Canadien poursuit sur cette lancée, ses chances de terminer au dernier rang sont réelles. Il faut tout miser là-dessus et Marc Bergevin le sait très bien. Pas pour rien qu’il a échangé Jarred Tinordi contre rien.

Suffit de continuer sur cette lancée. Échanger Plekanec, Markov, Gilbert, Emelin, Mitchell, Eller, Flynn et Byron contre huit goons de la « ligne » américaine. Ça ne devrait pas être trop difficile si l’on se fit aux dernières transactions de Bergevin.

Suffit aussi de laisser Carey Price guérir jusqu’à la fin de la saison. Parce que si on a bien compris les experts, même si l’équipe peine à marquer plus d’un but par match, c’est l’absence de Carey Price qui fait le plus mal.

Canadien pourra ainsi poursuivre sa route en toute quiétude vers les bas fonds dans l’espoir de sélectionner Auston Matthews au premier rang du prochain repêchage. C’est lui, le gros attaquant qui manque à cette équipe.

Aussi dans Le Sportnographe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!