Paul Chiasson/THE CANADIAN PRESS L’Impact doit moins s’appuyer sur ses deux gros morceaux, Ignacio (Nacho) Piatti et Didier Drogba, selon Patrice Bernier.

Pendant que nous étions tous occupés à suivre de près les résultats de la loto Auston Matthews, l’Impact de Montréal se hissait au premier rang dans l’Est. Bon, c’est vrai qu’il y a très peu d’écart entre le premier et le septième rang et que quatre victoires en neuf rencontres, ce n’est pas particulièrement extraordinaire, mais il faut se réjouir quand même.

Surtout que l’Impact n’est pas tombé dans le même piège que Canadien qui avait gagné tous ses matchs en début de saison. Mieux vaut partir à point à qui sait attendre vaut mieux que deux tu l’auras.

Petite ombre au tableau: Didier Drogba, que certains journalistes surnomment « La princesse », s’est fait mal à la cheville après s’être fait marcher sur les pieds par son coéquipier Victor Cabrera. Heureusement, il semble que ce ne soit pas une blessure sérieuse et que Drogba pourra remettre sa pantoufle de vair pour le prochain match.

Heureusement, parce qu’avec Nacho Piatti, que l’on surnomme Nacho parce qu’il a été élevé sur une ferme d’élevage de tacos, Drogba reste la pierre angulaire de cette équipe. Et une pierre angulaire, c’est toujours utile pour remporter des championnats. Parlez-en à Michel Therrien…

Aussi dans Le Sportnographe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!