«C’est une petite enveloppe brune pour l’homme, mais un grand pas pour ma caisse électorale.» – Jean Charest, 2012

Vous trouvez pas que ça sonne bien? Merci. C’est trop gentil. Non… non… restez assis… Cessez d’applaudir. Vous l’aurez deviné, on a décidé de postuler pour la job la plus facile au monde! Non, on ne part pas faire des arbres généalogiques au Saguenay! Non, nous n’allons pas nous acheter une roulotte ambulante qui vend uniquement des Labatt 50 et des crottes de fromage à Verdun le 1er du mois! Non, nous n’ouvrons pas une compagnie de pavage avec l’ex-ministre David Whissell à Saint-Léonard! Encore plus simple : vous voulons devenir les prochains rédacteurs de discours de Jean Charest.

Wow! Le rêve! Dans quel autre emploi pourrait-on être payé pour écrire n’importe quoi ET prendre les gens pour des caves? Exception faite d’écrire les chroniques d’Éric Duhaime, I M P O S S I B L E à trouver… même sur Jobboom!

Voici la petite annonce qui nous a mis la puce à l’oreille, dans la catégorie offres d’emploi de votre quotidien préféré :

URGENT URGENT URGENT
Payé $$$$ + avantages sociaux
Le candidat doit :
– Savoir écrire des discours
– Ne pas avoir de conscience
– Être libéral un atout obligatoire
On contacte Jean au 1-888-PLQ-OUCH

Bien sûr, la réceptionniste ne parlait qu’anglais et italien, mais bon, on a réussi à se comprendre quand même! Imaginez-vous donc qu’on a réussi à obtenir une entrevue (bien entendu, on a donné des faux noms, mais c’est généralement comme ça qu’on procède pour se trouver une job dans les médias aussi); enfin nos parents vont être contents… Oui! Une vraie job avec un bureau, pis une secrétaire! Ce qui séduira le Parti libéral? Notre facilité déconcertante à nous mettre dans la m… dans les journaux et de nous en sortir par la suite, bien sûr! Notre réputation légendaire de guidounes sans morale, certainement! Mais surtout, en tant qu’humoristes, on est plus que bien placés pour composer des petites blagues pour détendre l’atmosphère au début des discours de Jean Charest, et ça, c’est primordial ces jours-ci! Par exemple :

«Monsieur le président, puisqu’on est en chambre, je demande la permission de vous conter des histoires à dormir debout!» (Hahaha, chambre/dormir debout, déjà un classique!) Ou encore : «Je suis en faveur de l’euthanasie, et c’est très courageux de ma part, parce que mon gouvernement est sur le respirateur artificiel…» (Wouhou! Humour social fin et percutant, non?) Ou tout simplement : «Mes amis…» (Hahaha! Hi-la-rant…Voyons, y’en a plus… vous voyez, c’est ironique pis… ah… pis laissez donc faire!)

• • •

À bien y penser, on préfère rester des clowns… Patrice Servant, le rédacteur qui vient de démissionner, a bien raison : il n’y a plus rien de drôle à défendre l’indéfendable.

Twitter: @justiciers
    

– Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles de Métro.

Aussi dans Les Justiciers masqués :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!