Lydiane St-Onge Notre chroniqueuse a vécu des journées de pur plaisir à Barcelone.

Je reviens tout juste d’une semaine à Barcelone, la ville soleil par excellence de l’Espagne, et certainement un incontournable en Europe! J’ai expérimenté son côté luxueux, mais aussi son côté festif et local, car même dans un 5 étoiles, je ne peux pas m’empêcher de faire des activités et de rencontrer des gens!

Barcelone est une ville parfaite: de l’architecture extravagante et prodigieuse, de bons petits restos de tapas, des gens tellement sympathiques, une magnifique vue sur la Méditerranée, du bon vin, des soirées qui se terminent toujours à 8h du matin, une ambiance décontractée, des températures juste assez chaudes…

Peut-être que cela vous surprend que j’aie passé une semaine à Barcelone, loin de la nature comme j’en ai l’habitude. Le tout avec une valise… ROSE (!), une paire de talons hauts, deux robes, un mascara, un collier; à dormir dans un vrai hôtel 5 étoiles!

Bon, il faut dire que c’était dans le cadre du tournage d’une publicité pour une compagnie de téléphone, car jamais je n’aurais pu m’offrir ce luxe! Ça, pour moi, c’était sortir de ma zone de confort. J’ai quitté le mode sac à dos pour me prêter au jeu de la vie de gens riches et célèbres! Est-ce que j’ai aimé? Oui! Mais je vous avoue que les auberges de jeunesse m’ont manqué. Le côté vibrant, sympathique, animé, rempli de gens de ces établissements dont les espaces communs permettent les rencontres entre voyageurs fait grandement défaut aux hôtels de luxe. Ce n’est clairement pas un endroit pour se faire des amis! Dans mon petit cœur de voyageuse, on dirait que j’espérais pouvoir interagir un peu avec le personnel de l’hôtel ou avec les clients… Erreur!

C’est donc l’histoire d’un couple qui débarque à l’hôtel et qui ne fit pas du tout dans le décor!

Une fois l’extase de la découverte de notre chambre de luxe passée, nous sommes repartis rapidement pour explorer le quartier afin de trouver nos premières tapas! Même si j’ai un budget pour les restos, je n’arrive pas à me convaincre d’aller dans des endroits chic. Encore une fois, je trouve souvent que l’ambiance y est froide et coincée. J’ai toujours l’impression que mes meilleures bouffes sont celles prises dans un resto de coin de rue, retiré, qui ne ressemble à rien, mais qui a une ambiance chaleureuse et authentique avec de la nourriture locale!

Ensuite, nous nous sommes rendus dans une auberge de jeunesse pour retrouver une amie de longue date. Nous sommes sortis avec la gang de l’auberge pour finalement retourner à notre hôtel vers les 7 h du matin! Quel contraste entre notre mode de vie de voyageur et celui des gens qui fréquentent les grands hôtels!

Toute la semaine, nous avons vécu dans ce genre de contraste. Nous n’avons peut-être pas profité de notre chambre, mais nous avons rencontré des tonnes de gens, bu du vin, fait du vélo; nous sommes allés à la plage, avons joué au football, nous avons fait un trek dans une montagne des environs… Aucun magasinage, aucun achat, que du pur plaisir!

Il y a un dicton qui affirme qu’on peut sortir la fille de la campagne, mais pas la campagne de la fille. J’en invente un nouveau: on peut sortir la fille d’une auberge de jeunesse, mais pas l’auberge de jeunesse de la fille! Peu importe que je me mette du mascara et porte une robe… Je serai toujours la petite fille simple qui s’émerveille devant un rien et qui adore rencontrer de nouvelles personnes!

Une chambre de luxe
En ouvrant la porte de notre chambre, je n’ai pu retenir un cri de surprise! Comme des enfants, en moins de deux minutes, on a testé le lit, on s’est fait un café avec la machine à espresso, on a ouvert la douche qui possède beaucoup trop de jets (une note de zéro pour l’économie d’eau), on a admiré la vue de la terrasse, puis ouvert le frigo rempli de nourriture pour finalement démarrer le jacuzzi privé!

Un resto animé
Le soir de notre arrivée, on a fini par manger dans un bar à tapas plein à craquer où les conversations des gens et les rires enterraient toute musique, où les serveurs n’arrivaient même pas à se faufiler entre les clients et où le vin coulait à flot. J’adore ça!

P.S.: J’arrête pour quelques semaines d’écrire des chroniques, car je serai principalement au Québec. Je vous reviendrai dès que j’aurai mis les pieds dans un avion pour de nouvelles aventures!

Evasion.tv/Lydiane
lydianeautourdumonde.com
facebook.com/lydianeautourdumonde

Aussi dans Lydiane St-Onge :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!