Yves Provencher/Métro

Enrique Peñalosa, alors qu’il était maire de Bogota, en Colombie, a fait le commentaire suivant: «Un pays développé n’est pas une nation où les pauvres ont des voitures, c’est un endroit où les riches prennent le transport en commun».

Paris, Londres, Zurich, Rome, Amsterdam, Tokyo, Hong Kong, Singapour, par exemple…

En fait, la plupart des grandes villes européennes et asiatiques ont des services de transport en commun utilisés par une grande partie de la population, peu importe leur revenu. Dans ces villes, on peut aisément choisir de vivre sans voiture tellement le transport collectif et les autres alternatives sont efficaces. En Amérique c’est plus rare, mais plusieurs villes ont de bons systèmes dont New York, San Francisco, Vancouver, Toronto, Ottawa et Montréal.

À titre d’exemple, 80% des Montréalais prennent le transport en commun au moins une fois par année; 50% des déplacements pendulaires vers le centre-ville se font en transport collectif. Montréal, résiste encore à la culture du tout à l’auto.

Mais ce n’est pas le cas du reste du Québec, même pas dans la deuxième ville d’importance.

À Québec, certains animateurs de radio se permettent même d’insulter les utilisateurs du transport en commun! Pourtant, Québec a plusieurs quartiers denses et habités ainsi qu’un potentiel de développement du transport en commun fantastique.

La plus récente hérésie des radios populaires de notre capitale nationale a été de démonisé un excellent projet de transport en commun et de faire campagne pour un projet de construction d’un tunnel qui relierait Lévis et Québec. La pression médiatique a été si forte que le ministère des Transports a ouvert un bureau de projet et l’a doté d’un budget de 20,5 millions de dollars pour étudier la faisabilité de ce troisième lien entre la Rive-Sud et la Rive-Nord.

Tous les Québécois devraient se préoccuper de ce débat. Premièrement, parce qu’il s’agit justement de NOTRE capitale nationale (dont nous voulons être fiers) et deuxièmement parce qu’il s’agit de NOTRE argent.

Combien d’argent? Le projet de Service rapide par bus (SRB) pour la portion de Québec, coûterait moins de 1 milliard de dollars. Il s’agit d’un service fréquent avec des bus triples articulés (150 passagers) sur une voie dédiée uniquement et en tout temps à ces autobus. Le concept a été développé au Brésil pour offrir une qualité de service semblable à un tramway ou même un métro à un coût plus abordable.

Le projet de tunnel coûterait 4 milliards de dollars. Ce «3e lien» relierait les deux rives entre Beauport et Beaumont, c’est-à-dire à l’est des centres-villes de Québec et de Lévis.

Le Québec au complet s’est déjà intéressé pendant de nombreuses années – et avec raison – à un investissement beaucoup moindre. L’amphithéâtre Vidéotron a nécessité un investissement de près de 200 millions de dollars du gouvernement du Québec. Qu’on soit pour ou contre, un débat public s’impose lorsque des sommes aussi importantes sont consacrées à une seule région et qu’une minorité de Québécois en bénéficieront.

Le SRB permettrait à au moins 40 000 personnes de se déplacer matin et soir plus aisément. Ce projet, structurant pour la communauté, coûterait, dans sa forme actuelle et incluant le matériel roulant, environ, 25 000$ par usager.

Il est difficile d’évaluer combien d’automobilistes utiliseraient le troisième lien. Présentement, 18 000 voitures traversent le fleuve chaque matin sur l’un des deux ponts de Québec. La capacité de ces ponts dans une direction est de… 30 000 voitures. Le problème de congestion entre les deux villes n’est donc pas un problème de pont. En fait, pour l’instant, et dans un futur prévisible, il n’y a aucune justification pour un tel investissement.

Qui plus est, l’ajout d’un troisième lien ne va pas soulager la congestion routière à Québec, il va l’empirer. Pensez y! Si vous aviez invité chez vous trop de convives à votre fête d’anniversaire, ajouter des portes à votre maison ne permettrait pas à plus de monde d’y pénétrer. C’est la même chose pour une ville!

Mais enfilons nos lunettes roses pour les fins de la discussion et disons-nous que ce troisième lien permettrait à 8000 voitures additionnelles de traverser le fleuve. Le coût de construction de cette autoroute reviendrait alors à… tenez vous bien… 500 000$ par automobiliste! Évidemment, ni la voiture ni sa batterie ne sont incluses dans ce prix…

Pensez-y: 500 000$ (et plus de congestion) ou 25 000$ (et moins de congestion) par personne. Laquelle des deux options pensez-vous que nos élus devraient choisir?

La réponse à cette question déterminera si le Québec est prêt à devenir un pays développé.

Il est grand temps que les députés de l’Assemblée nationale se dotent d’une vision à l’égard des transports. Passez le mot!

Aussi dans Maison du développement durable :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!