Le 12 juillet dernier, mes frères et sœurs cris et moi avons été appelés à voter pour la ou le nouveau grand chef de ma nation. Après de longues années à la tête du gouvernement de la Nation crie, Matthew Coon Come est prêt à passer le flambeau et à quitter la vie politique.

Deux candidats sont retenus pour le deuxième tour: Abel Bosum et Rodney Mark. Ils sont bien connus pour leur engagement au sein des services publiques cris, et l’un deux sera élu lundi grand chef des Cris.

Les candidats devront sérieusement réfléchir aux grands maux et enjeux de la nation. Parmi ceux-ci: les logements, les emplois et la jeunesse. Il est très difficile pour les jeunes Cris qui quittent leur réserve pour les études de revenir la tête tranquille. Les emplois n’abondent pas et les secteurs sont moins diversifiés qu’en ville. Il y a aussi les longues listes d’attente pour avoir une maison. On me demande souvent: «Ouin, mais pourquoi vous n’en construisez pas, des maisons?» À cause de la Loi sur les Indiens, ce n’est pas si simple. Techniquement, le fond de terre appartient à la Couronne, ce qui nous force à être créatifs pour débloquer des lots afin d’y construire des maisons. Sinon, il faut attendre que le gouvernement fédéral en construise. C’est donc sur ces solutions créatives que les candidats devront se pencher.

Je dois m’avouer peu surprise des résultats de ce premier tour, quoique déçue. La seule femme candidate pour le titre de grand chef, Darlene Cheechoo, a remporté seulement 13% des voix. Diplôme de droit en poche, cette femme a été à la tête du Board of Compensation, l’aile qui gère l’argent sur le territoire d’Eeyou Istchee, et est aussi la première chef de Waskaganish. Le fait que Mme Cheechoo ne parle pas le cri a probablement rebuté l’électorat. Mais comme un ami à moi dit si bien: «Par le passé, beaucoup de nos hommes politiques parlaient couramment le cri et ceux-ci ont quand même trahi nos intérêts.» À méditer!

Aussi dans Maïtée Labrecque-Saganash :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!