Au cours d’événements polarisants comme des élections, la qualité du jugement des internautes (du moins, de la majeure partie) baisse radiclament. Les réseaux sociaux deviennent donc une fête free for all de généralisations et de déclarations sans fondement qui, grâce à la magie du web, peuvent se transformer en fausses nouvelles.

Petit tour d’horizon des faussetés que vous verrez probablement circuler avant la fin du deuxième tour de la présidentielle française dimanche prochain.

Absence d’affiche de Marine Le Pen à Montréal, un boycott?
Le bureau de vote de Montréal, et selon certaines sources d’autres bureaux à l’étranger, n’a pas affiché de pancartes de Marine Le Pen, alors que celles des autres candidats étaient suspendues.

Deux rumeurs circulent à ce sujet. Selon la première, Le Pen n’aurait pas daigné envoyer d’affiche à l’extérieur de la France. La seconde affirme, au contraire, que les bureaux de vote auraient boycotté la candidate en refusant de montrer ses pancartes.

«Apparemment [il y aurait eu] un problème de livraison», a expliqué à Métro le représentant du Front national (FN) en Amérique du Nord, Denis Franceskin.

Le consulat de France à Montréal a, pour sa part, déclaré que «la candidate n’avait pas livré les affiches».

Al-Qaïda soutiendrait Emmanuel Macron
«Al-Qaïda a choisi son candidat et c’est Macron», «ALERTE À TOUS LES FRANÇAIS : Les Terroristes Islamistes de Al Qaïda (et Daech) annoncent leur allégeance à Macron!».

Twitter s’est emballé lorsque la revue Al-Masra, liée à Al-Qaïda, a rapporté les propos de Macron qui, lors d’une entrevue en février, condamnait les «crimes contre l’humanité» perpétrés par la France en Algérie.

Une capture d’écran de l’article, écrit en arabe, a vite fait le tour du web, pour «prouver» qu’Al-Quaïda soutient Macron. Bien sûr, personne n’a pris la peine de le faire traduire avant de sauter aux conclusions.

Il est vrai que l’article cite Macron et fait valoir que ses propos sont «une première pour une personnalité politique de son envergure». Toutefois, le texte n’incite jamais ses lecteurs à voter pour le candidat centriste.

La Turquie dans l’Union européenne grâce à Macron?
Ajoutez n’importe quel sujet controversé aux mots «Macron», «musulmans» et «Europe», et vous obtiendrez le titre rêvé des créateurs de fausses nouvelles sur les présidentielles françaises.

«Macron est pour l’entrée de la Turquie dans l’UE. Pour flatter l’électorat musulman, Macron appuie un dictateur.» Le voilà, notre titre.

Les vérificateurs de faits de Crosscheck ont ressorti un extrait d’une entrevue qu’a accordée Macron au sujet des politiques du président turc Recep Tayyip Erdogan. «Avec un régime qui prend ces décisions-là, il n’y aura aucune avancée de l’adhésion à l’Union européenne», a-t-il commenté au début du mois d’avril.

Soyez vigilants!

Aussi dans Métroscope :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!