Il y a des histoires tirées par les cheveux… et il y a ça.

Une publication Facebook publiée il y a deux ans est réapparue sur le web, puisqu’un site de nouvelles «virales» (lire ici: pièges à clics et fausses nouvelles) l’a recyclée cette semaine.

On y raconte qu’une dame a accepté la demande d’ami Facebook d’un étranger juste avant d’aller mener sa fille à l’école. Elle publie alors une photo de sa fillette, accompagnée du nom de l’école. Lorsqu’elle revient la chercher, elle n’est plus là. C’est bien sûr la faute de l’étranger qui a publié la photo de la fillette dans un «catalogue en ligne que des milliers d’hommes suivent à travers le monde», avec la mention: «Fillette blonde, française. Même pas 6 ans. Seulement 5 000 € !».

La publication originale, qui date de 2015, a accumulé plus de 800 000 interactions, la voici:

C’est bien tragique comme histoire, sauf quand on se rend compte que la publication est un «avertissement», une fausse histoire partagée par quelqu’un qui voulait (maladroitement) mettre ses amis Facebook en garde contre le partage d’informations sensibles sur les réseaux sociaux. Elle ne parle d’ailleurs jamais du décès de l’enfant.

Pour susciter la réaction la plus émotive possible, l’origine des victimes présentées dans l’histoire sera modifiée. On en a l’exemple ici: le statut original présente «l’histoire» d’une mère et d’une fillette américaines. Pour les francophones, les articles parlent plutôt d’une famille française.

On n’aura peut-être pas besoin de Liam Neeson, finalement.

La fillette en question va bien. Elle s’appelle Janetta et a été photographiée plusieurs fois par la photographe Nika Shatova. Elle se remet parfaitement de son voyage hypothétique en Afrique du Sud.

Et la photo de la mère en larmes vient d’une toute autre histoire. «Celle-ci provient du jour où une partie de mon âme s’est fanée et s’est éteinte… On a reçu les radiographies des os de papa», décrit l’utilisatrice DeeAshley sur Flickr.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que ces pages web fonctionnent toutes de la même manière: de site viral en site viral, le même article est copié/collé. Mêmes photos, mêmes paragraphes, mêmes «sources». Seul le titre varie (parfois).

Ça devient ridiculement facile de propager de fausses informations.

Je vous le dis, prenez n’importe quelle nouvelle du genre. C’est le même modèle qui se répète. Sans. Exception.

C’est gênant.

Soyez vigilants!

Aussi dans Métroscope :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!