Une rumeur ou une nouvelle douteuse à me signaler? Écrivez-moi sur ma page Facebook.


Une photo – ou, devrais-je dire, la preuve que le gouvernement veut tous nous tuer –, qui circule depuis quelques années est redevenue virale cette semaine.

On y voit l’intérieur d’un avion, vide, à l’exception de grosses bouteilles attachées au plancher.

Selon un article de nos amis de Santé Nutrition, il s’agirait d’un appareil équipé de contenants remplis d’une solution toxique composée «de lithium ainsi que d’autres produits chimiques potentiellement dangereux» prête à être aspergée dans l’atmosphère. Pourquoi? Pour contrôler la population, ou tuer les personnes âgées, ou tuer les personnes malades, ou même contrôler la météo.

Dans le jargon des complotistes/porteurs de chapeaux en papier d’aluminium, on appelle ça des chemtrails. Ou des traînées chimiques.

Attention divulgâcheur: les chemtrails n’existent pas. Mais ça n’empêche pas plusieurs personnes de chercher des preuves de leur existence. Parfois, ce sont des «confessions» d’anciens employés de la NASA. Parfois, ce sont des vidéos un peu trop pixelisées qui montrent la traînée de gaz laissée par des avions en vol (il s’agit plutôt de condensation rejetée par leur moteur).

Parfois, c’est cette photo qui revient hanter le web une fois de temps en temps. Le temps de dire «coucou, le gouvernement veut tous vous tuer, bye!».

Sauf qu’il ne s’agit pas d’un avion rempli de solution toxique. Les réservoirs que l’on voit sur l’image sont remplis d’eau et sont utilisés lors des tests de vols des nouveaux avions. Ils simulent le poids des passagers ou de la cargaison. Une pratique normale.

Et puis aux dernières nouvelles, tout le monde respire le même air. Même les employés du gouvernement qui «veulent nous empoisonner et nous tuer».

Soyez vigilants!


Suivez le Métroscope sur Twitter et Facebook

Aussi dans Métroscope :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!