Ma fille voulait voir la tour Eiffel. À un enfant qui veut découvrir le monde, on ne peut rien refuser – c’est-ce que je me disais. Mais au fond, moi aussi je voulais revoir Paris, je voulais renouveler de vieilles expériences de jeunesse avec conjointe et enfants et revivre en famille la magie de la Ville Lumière… Nous sommes donc allés voir la tour Eiffel.

«Paris est un musée à ciel ouvert», nous rappelait notre chauffeur de taxi parisien. À chaque coin de rue quasiment, une sculpture, un monument, un vieil immeuble, un jardin ou une fontaine, des trésors d’histoire et de culture. «C’est très vieux, Paris», s’exclamait ma fille, la Nord-Américaine. Vieux et sublime. En trois jours, nous avons fait le tour des classiques, en métro et en marchant, beaucoup: l’Arc de triomphe, les Champs-Élysées, la place de la Concorde, Notre-Dame, le Quartier latin, le Marais, la Seine, le Louvre, et la tour Eiffel, bien sûr. Et puis, qu’est-ce qu’on a bien mangé! Du fromage, des crêpes, des croissants, de la glace (c’est comme ça que s’appelle la crème glacée en France)… Les choses goûtent différemment à Paris, mieux, beaucoup mieux. Les terrasses des cafés, les restaurants et les bistrots de quartier, les bouquinistes, les galeries d’art… Tout est fabuleux. En somme, Paris restera toujours Paris.

J’aime Paris, son histoire et sa culture,  sa magie. Mais j’adore Montréal. Notre ville représente un équilibre presque parfait entre modernisme, culture et créativité, le tout à une échelle humaine.

Vous avez compris, Paris, je l’aime d’amour. Mais, voyez-vous, j’aime encore plus Montréal. Il est sans doute outrancier et arrogant de tenter de comparer ces deux villes. Montréal est une naine face à Paris la géante. Mais justement, c’est cet aspect «petite métropole» qui fait tout le charme et la force de Montréal. C’est une ville à échelle humaine, où tu peux encore habiter un bas de triplex, trois chambres, avec cour, et où les enfants jouent avec les voisins dans les ruelles. À Montréal, t’as un parc à côté de chez toi, forcément, où tu peux aller pique-niquer avec les voisins si l’envie t’en prend. T’as une piscine publique dans ton quartier, et plusieurs pataugeoires pour les plus jeunes. T’as des petits cafés et des restos sans prétention, pas trop chers, des festivals, une créativité urbaine ornant les murs de la ville, des pistes cyclables à profusion, de grands espaces; t’as même une plage ou tu peux aller te baigner… C’est tout ça, cet aspect nonchalant et relax, chaleureux malgré les froids de l’hiver, divers, orienté famille, et tout ça fait que j’adore ma ville.

C’est vrai qu’en termes d’histoire, ça ne se compare évidemment pas. Mais bon, si tu vis à Paris, après un temps, tu ne vois plus tout ça. Pour la bouffe, Montréal ne sera jamais Paris, mais grâce, entre autres, aux récentes vagues d’immigration française au Québec, Montréal est devenue un pôle de la gastronomie mondiale. Notre ville est en constante évolution. Elle représente un équilibre presque parfait entre modernisme, dynamisme, culture, et créativité, le tout à une échelle humaine.

Enfin voilà, ma fille a bien vu la tour Eiffel, maintenant on rentre chez nous. Et joyeux 375e.

Aussi dans Houssein Ben-Ameur :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!