Olivier Blouin En raison de ses qualités remarquables, le Stade de soccer a remporté l’an dernier une mention spéciale pour son ossature de bois aux Architizer A+ Awards.

Visiblement, on ne semble pas pressé d’inaugurer une des plus grandes réalisations architecturales des années 2000 au Québec: le Stade de soccer de Montréal, conçu par la firme du Mile-Ex Saucier + Perrotte.

Situé sur l’avenue Papineau au nord de l’autoroute 40, cet établissement sportif a ouvert ses portes aux amateurs de soccer il y a maintenant plus d’un an. Quinze mois, pour être plus précis. Durant cette période, le stade a notamment été finaliste dans la catégorie des meilleurs bâtiments sportifs au monde des prestigieux WAN Awards, un concours qui récompense l’excellence architecturale à l’échelle mondiale.

Le réputé magazine Canadian Architect en a fait la page couverture de son édition de juin alors que The Globe and Mail l’a récemment décrit comme étant le nouveau bâtiment public le plus ambitieux au pays. Rien de moins.

Curieusement, le stade n’a toujours pas reçu les honneurs de base, soit une inauguration en bonne et due forme avec les représentants de la Ville et du gouvernement provincial, qui l’ont financé. Pourquoi? Au cabinet du maire, on justifie cette situation par des «conflits d’horaires» entre élus municipaux et provinciaux. On ajoute qu’on doit toujours déterminer une date, sans plus de précision.

Entre vous et moi, on a déjà entendu de meilleures excuses. À ce stade-ci, n’importe quel maire aurait déjà sablé le champagne pour se faire du capital politique grâce à un édifice de cette envergure. J’ai déjà vu des maires tellement pressés de couper le ruban rouge pour certains édifices (de qualité largement inférieure!) que l’inauguration a été réalisée avant même que le chantier ne soit fermé. C’est vous dire.

Se pourrait-il que l’équipe Coderre ne soit pas enchantée de s’associer à un legs de l’ancien maire Gérald Tremblay, compte tenu du fait que le projet a retenu l’attention des médias ces dernières années pour une raison: l’augmentation des coûts de construction à la suite du concours d’architecture tenu en 2011?

Si c’est le cas, il s’agirait simplement de décortiquer le gonflement de la facture. Une deuxième phase a été ajoutée en cours de route, soit l’aménagement de terrains extérieurs avec gradins. À cela, on doit ajouter un site plus contaminé que prévu, ce qui est peu surprenant considérant que le stade a été bâti sur un ancien dépotoir.

maison-02-stade-de-soccer-de-Stade de soccer de Montréal

Sans oublier le facteur innovation: son ossature de bois, unique au monde, est un véritable symbole du génie québécois et a été dessinée, construite et installée par une entreprise d’ici, Nordic Structures. C’est d’ailleurs cette unicité architecturale qui explique en grande partie l’attention internationale qu’a reçue le centre sportif ces derniers mois.

Certains diront que l’inauguration n’est qu’un détail, une formalité. Pour moi, c’est un signe de fierté, un geste politique qui démontre une reconnaissance à l’égard d’une réalisation et de ses artisans. On se plaint constamment que Montréal manque de vision, voire d’audace, mais lorsqu’on ose, on hésite à le célébrer. Où se cache donc notre fierté?

Aussi dans Paysages fabriqués :

blog comments powered by Disqus