Sa construction n’est pas terminée. Les fils électriques pendouillent sous la toiture, et l’aménagement paysager est toujours absent. Malgré tout, je ne peux m’empêcher d’admirer la nouvelle Maison des étudiants de l’École de technologie supérieure (ÉTS).

Non seulement l’institution s’est permis d’oser sur le plan architectural, mais elle franchit également une étape cruciale pour améliorer considérablement la vie de ses étudiants. On leur offre un premier pas vers un véritable campus, qui ne se définira plus, comme c’était le cas auparavant, seulement par une série de bâtiments ternes et austères sur la rue Notre-Dame. Des bâtiments où la lumière naturelle se fait plutôt rare, tout comme les lieux conviviaux pour échanger, étudier et manger.

«La Maison [des étudiants] était l’occasion rêvée de donner un sens au parc immobilier de l’ÉTS, m’expliquait récemment son concepteur, Jean-Pierre LeTourneux, de Menkès Shooner Dagenais LeTourneux Architectes (MSDL). La notion de campus existe seulement à partir du moment où on retrouve de vrais espaces publics qui connectent les bâtiments, qui sont vivants et que les étudiants peuvent s’approprier. Ça n’existait pas à l’ÉTS.»

La transparence règne dans le nouvel édifice, ceinturé par une immense cage de verre sérigraphiée, qui rassemble sous un même toit les services estudiantins, de nouvelles salles de classe, des espaces de travail et un café [toujours en chantier]. Sa forme, inspirée par la structure d’un cube de glace, est un hommage à l’ancienne vocation du site, qui accueillait autrefois une «Ice House» où on entreposait des blocs de glace extraits du fleuve Saint-Laurent. La lumière naturelle envahit pratiquement tous les recoins du bâtiment, dont l’ossature est le résultat d’un heureux mariage de béton, de bois et d’acier exposé au grand jour.

«L’École voulait un bâtiment audacieux, mais également didactique pour les étudiants qui le fréquentent, poursuit l’architecte. Après tout, c’est une école où on forme de futurs ingénieurs! Laisser la structure exposée allait de soi, pour qu’ils puissent comprendre la façon dont le bâtiment a été construit.»

Plusieurs visites du chantier ont d’ailleurs été organisées avec les professeurs et les étudiants au cours des deux années de construction, ce qui a permis à ces derniers de suivre l’évolution de la structure. Une forme de stage directement sur le terrain.

Prochaine étape pour enrichir le campus: un aménagement paysager qui invitera à la déambulation autour de la Maison des étudiants, notamment grâce à la piétonnisation de la rue voisine, la rue Murray. Une large patinoire verra également le jour sur le site, en collaboration avec l’arrondissement du Sud-Ouest. Une première pour Griffintown.

«L’ÉTS s’est beaucoup investie dans ce projet, et il y avait une réelle volonté de s’ouvrir à la communauté, note M. LeTourneux. Des investissements ont déjà été confirmés pour l’aménagement d’un pavé, de bancs et de plantations sur Murray. Ça deviendra un lieu d’échange fort avec les résidants du quartier.»

Aussi dans Maison :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!