Selon le doc Mailloux, certaines femmes battues demeureraient avec leur agresseur par opportunisme, parce qu’après les épisodes de violence, elles seraient recouvertes de bijoux et de faveur – pouvant aller jusqu’à du sexe endiablé. «Une couple de claques sur la gueule, si tu en tires des bénéfices importants, ce n’est pas très cher payé», a affirmé le doc au FM93.

Avant de poursuivre, mettons quelques petites choses au clair, comme l’a fait Sylvie Langlais, du Regroupement Maisons pour femmes victimes de violence conjugale, à l’émission de Denis Lévesque, qui a aussi redonné la parole sur ce sujet au doc Mailloux. Il arrive que des femmes victimes de violence conjugale demeurent avec leur agresseur pour toutes sortes de raisons. Parce qu’elles ont peur, parce qu’elles croient vraiment que leur conjoint s’en veut et qu’il ne recommencera pas, parce qu’elles sont dépendantes financièrement de leur conjoint. Les femmes ne demeurent pas dans une situation de violence parce qu’elles en tirent des bénéfices.

Permettre à un individu comme le doc Mailloux de tenir de tels propos n’est pas sans conséquences. Non seulement ces propos banalisent la violence faites aux femmes, mais ils culpabilisent encore une fois les femmes, plutôt que leur agresseur, de subir cette violence, puisqu’au fond, elles y trouveraient leur compte. Le pire, bien sûr, c’est que certaines personnes achèteront cette idée, qui confirme ce qu’elles pensent des femmes battues ou des femmes en général.

Bien qu’il ait été remis à l’ordre plus d’une fois par le Collège des médecins, le psychiatre de formation jouit d’une crédibilité auprès d’un certain public. Une crédibilité qui n’est pas nuancée par sa coanimatrice Josey Arsenault qui, tout en s’étonnant des affirmations de son collègue, les prends pour ce qu’elles ne sont pas : un avis d’expert. «J’ai de la misère avec ça», dira-t-elle, esquissant des doutes pas tant sur les propos du doc que sur le comportement allégué de ces femmes.

Avec les nombreuses idioties qu’il colporte et les innombrables controverses qu’il déclenche, on serait tentés de se demander qui veut donner un micro à cet hurluberlu qui colporte des préjugés tirés tout droit des années 1960? Pourquoi une radio commerciale maintient-elle en ondes un individu comme le doc Mailloux, malgré les conséquences très sérieuses que cela peut avoir? Peut-être parce qu’elle en tire des bénéfices économiques? Au fond, quand on y pense, une couple de critiques par-ci par-là, pour une radio poubelle, si tu en tires des bénéfices importants, ce n’est pas très cher payé.

Aussi dans Prochaine station :

blog comments powered by Disqus