Le débat gauche-droite est assez récent au Québec, qui a longtemps été, et est encore, divisé d’abord et avant tout par la question nationale. Sur la question gauche-droite, nous sommes un peu des débutants. Et qui dit manque d’expérience dit, bien souvent, forte propension à se faire avoir. C’est ainsi qu’on s’est fait voler le mot liberté par la droite.

Dans à peu près tous les pays, la gauche et la droite se divisent les valeurs ainsi : la sécurité, les traditions et le libéralisme économique à droite; la solidarité, l’égalité et la justice à gauche. Pour ce qui est de la liberté, c’est plus compliqué. Tout le monde veut ça, la liberté. Tout le monde est d’accord pour que tu puisses faire tout ce que tu veux en autant que ça n’empiète pas sur la liberté d’autrui. J’en connais qui ont recopié ce mantra des centaines de fois en retenue à l’école : «Ma liberté s’arrête où commence celle des autres», et même les plus canailles étaient assez d’accord.

Mais depuis quelques années, les ultralibertariens et autres animateurs de radio-poubelle semblent s’être approprié le mot «liberté». Dire des niaiseries à la radio au nom de la liberté d’expression. S’installer aux îles Caïmans pour ne pas payer d’impôts parce qu’on est libre de le faire. Revendiquer la liberté de pouvoir payer pour se faire soigner plus vite. Au fil du temps, la liberté, ou «libarté» pour les intimes, s’est érigée au-dessus des autres valeurs, comme la justice et l’équité, et s’est vue, du même coup, teintée d’une connotation pas aussi unanime qu’avant. Dans mon esprit, du moins.

Maintenant, chaque fois que j’entends le mot «liberté», je garde mes distances, comme si on avait dit les mots «avidité» ou «cupidité».

J’ai réalisé ça quand j’ai entendu la première ministre Pauline Marois faire sa petite annonce de fête nationale à la télévision. Quand elle a dit «C’est ce que je souhaite à tous les Québécois : la liberté», ça a comme senti le jambon dans mon nez. J’ai plissé les yeux et reculé la tête. Comme si j’étais conditionnée à me sentir toute croche quand j’entendais ce mot dorénavant. Comme si la droite, à l’aide de ses radios jambon, nous avait assené la technique Ludovico pour nous amener à détester ce mot qui devrait appartenir à «tous les Québécois», comme disait Pauline Marois. Je trouvais ça niaiseux, comme souhait, mais finalement, c’est ça que je nous souhaite le plus au monde : retrouver la liberté. Le mot autant que le concept.

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles de Métro.

Aussi dans Prochaine station :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!