Voici dix propositions pour le sommet sur l’enseignement supérieur, pour aller au-delà de la seule question des droits de scolarité :

1 Avoir le courage des priorités

Voici deux choses qu’on peut faire avec 1 G$ : la première, c’est de se payer l’université gratuite pour nos futurs riches; la seconde, c’est d’investir massivement pour combattre le décrochage scolaire, source de bien plus graves iniquités. La première ministre devrait le dire comme ça.

2 Des référendums pour les grèves

Un maximum d’étudiants devrait pouvoir voter secrètement, sur une ou deux journées. La légitimité des mandats de grève ne pourrait plus être remise en question… mais les associations devront accepter d’avoir moins de contrôle sur les résultats.

3 Des profs premiers de classe

Les programmes d’enseignement ont les critères d’entrée parmi les moins élevés… mais leurs diplômés forment tous les autres. Trouvez l’erreur! La barre doit être relevée, et pour cela, la profession doit devenir plus attrayante, et pas seulement du point de vue salarial.

4 UniversiTube.qc.ca

Des cours gratuits dans tous les domaines, de l’histoire au génie, en passant par le droit, et pourquoi pas par la médecine? Pas de diplôme au final, mais pas de coût d’entrée non plus. Un beau projet de démocratisation du Savoir, et une vitrine pour nos universités.

5 Un livre par an

C’est le défi que doit lancer le ministre de l’Éducation à chaque élève – et, pourquoi pas, à chaque citoyen. La moitié des Québécois ne lisent que péniblement. Il faut développer les aptitudes et le goût pour la lecture. Une journée sans télé, avec ça?

6 Investir dans la petite enfance

Lorsqu’un enfant arrive à l’école primaire avec un retard de langage, ses chances d’obtenir un diplôme secondaire dans les délais normaux sont déjà hypothéquées. On ne pense même pas à l’université. La véritable égalité des chances commence à la garderie.

7 Il n’y pas de sot métier

Le printemps érable a fait oublier que l’université n’est pas une fin en soi, comme en témoignent une majorité de Québécois. La formation technique n’est pas seulement une «subordination au marché», c’est une façon légitime d’apprendre à gagner sa vie. Et gratuite, en plus!

8 Les salaires des recteurs, c’est une goutte d’eau…

… dans un budget de 17 G$. Si on regarde les dépenses des universités, prenons acte que plus des trois quarts sont incompressibles et essentiellement constitués de salaires (profs et employés). Le déficit de leurs régimes de retraite commence à se compter en milliards. Des choix douloureux s’en viennent.

9 Payer plus pour notre électricité

Hors du Québec, l’électricité se vend deux ou trois fois plus cher. Imaginez ce qu’on pourrait donner en prêts et bourses aux moins fortunés en vendant l’électricité au prix du marché! En plus, on encouragerait une consommation plus responsable.

10    Scienceacadémie

On applaudit sans se faire prier chanteurs et athlètes, mais avouez qu’on aime plutôt se foutre de la gueule de nos schtroumpfs à lunettes. Il faut redorer le blason des tronches et suivre leur exemple. Je mets Julie Snyder au défi de faire un succès d’une téléréalité qui mettrait en vedette les «bolés»!

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles de Métro.

Aussi dans Repenser le Québec :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!