Métro Le physiothérapeute traite des patients de tous âges, et pour toutes sortes de maux.

Le monde de la santé déborde de professionnels qui nous aident à prendre soin de nous. Les physiothérapeutes, entre autres, travaillent afin que les patients retrouvent une forme physique normale. Souffrant d’un mal d’épaule récurrent, j’ai tenté l’expérience.

J’ai profité de mon traitement avec Debbie Charest pour en apprendre plus sur le métier. «La physiothérapie est une profession largement reconnue, apparentée aux professions de la santé qui traitent une grande variété de problèmes. Cette discipline est recommandée pour le traitement des blessures des muscles, des articulations, des os et des tissus mous. Elle est également utilisée dans les cas de maladies respiratoires, circulatoires et neurologiques. Enfin, elle est conseillée pour les victimes d’accidents de travail ou de véhicules à moteur.»

Le rôle de la physiothérapie est de fournir de l’information sur la prévention, afin d’éviter les blessures, mais aussi pour mettre de l’avant l’amélioration de la performance physique. «Effectivement, on aide à la gestion de la douleur et au traitement des blessures tout en faisant la promotion de la forme physique, de la santé et du bien-être», affirme Mme Charest. La forme physique est en quelque sorte synonyme de prévention. C’est le cœur de la profession de comprendre comment et pourquoi le mouvement et la fonction se produisent.

Mme Charest, comme tous les professionnels que j’ai rencontrés jusqu’à maintenant pour cette chronique, est passionnée par son métier. Elle a choisi d’exercer ce métier parce qu’elle le connaît bien. «Comme j’ai moi-même été athlète en gymnastique, j’ai eu recours à des soins de physiothérapie dès mon très jeune âge. J’ai adoré la proximité et le temps passé avec les patients, la relation d’aide et l’aspect intrigant du corps humain et de sa complexité.» Il faut faire des années d’études collégiales en science de la santé et une maîtrise en physiothérapie à l’université pour obtenir un diplôme. Et pour pouvoir pratiquer, il faut être membre de l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec. Par la suite, il y a plusieurs formations continues afin d’aller chercher différentes spécialités ou approches spécialisées, comme la physiothérapie sportive, la rééducation vestibulaire (vertiges-étourdissements), la thérapie manuelle et bien d’autres.

Le physiothérapeute traite les patients de tous âges, et pour toutes sortes de maux. «Oui, ça peut être pour des blessures, des douleurs ou des faiblesses du corps (membres supérieurs, colonne, membres inférieurs), pour une blessure sportive, comme les commotions, pour des étourdissements et des vertiges ou pour des problèmes de mâchoire. Et même pour des torticolis, ou la plagiocéphalie (tête aplatie) ou le retard moteur avec les bébés.» Elle ajoute en souriant: «Mais le travail ne se fait pas seul, tu devras faire des exercices à la maison pour renforcer tes muscles!» Vive le travail d’équipe!

kinatex.com

Aussi dans Saskia rencontre... :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!