Métro Pour Simon Bertrand, le président de Kombucha Rise, cette boisson «est une véritable infusion avec de vraies plantes bios et équitables, avec lesquelles on fait des infusions».

Que ce soit pour donner de l’énergie, désaltérer ou hydrater, le marché des breuvages est florissant. Depuis quelques années, l’un d’entre eux se démarque par sa qualité et ses bienfaits: le kombucha.

«On a découvert des produits similaires aux États-Unis et en Californie, on les a aimés et on voulait en consommer, mais il n’y avait pas d’offre au Québec», raconte Simon Bertrand, président de Kombucha Rise. Les consommateurs recherchent de plus en plus des solutions de rechange savoureuses et cherchent aussi à consommer des produits bons pour la santé.

La jeune équipe a décidé de se lancer en affaires en offrant une version du kombucha adaptée au XXIe siècle.

«Le kombucha existe depuis 2000 ans, et il a surtout été utilisé pour faciliter la digestion. C’est un peu comme faire de la bière, mais avec du thé, et sans alcool, précise M. Bouchard. C’est donc une véritable infusion avec de vraies plantes bios et équitables, avec lesquelles on fait des infusions.»

La fermentation se fait avec du thé qui contient plein d’antioxydants. Du jus de gingembre pressé frais, reconnu pour aider la digestion, est aussi utilisé. La particularité du goût sucré et acidulé provient des levures et des bactéries. Celui-ci est un peu aigre-doux. Finalement, comme les micro-organismes ne sont pas pasteurisés, le breuvage est «vivant» parce qu’il ne reste que les levures et les bactéries qui sont bonnes pour la digestion.

Cela dit, ce qui est bon pour certains ne l’est pas pour d’autres! Puisqu’il est non pasteurisé, il est déconseillé aux femmes enceintes, aux jeunes enfants, aux personnes âgées et à tous ceux dont le système immunitaire est faible.

«C’est un produit qui est bon pour tous, ce n’est pas un produit dogmatique lié à une religion ou qu’il faut que tu sois vegan ou que tu fasses du yoga pour le boire», ajoute le président de l’entreprise québécoise. Tout dans la bouteille est vrai dans le sens que c’est une véritable infusion avec de vraies plantes et en plus, dans la fermentation, il y a une bonne acidité qui se crée et qui aide la digestion.

La nutritionniste Stéphanie Côté précise cependant que «les bienfaits qu’on attribue au kombucha ne sont pas prouvés scientifiquement. Ça ne signifie pas qu’il n’y a rien de vrai, ça signifie qu’on manque de preuves. Il est important, en cas de problème de santé, de consulter un médecin et non de s’automédicamenter. On devrait avant tout boire du kombucha parce qu’on en apprécie le goût! Il est moins sucré qu’un jus ou une boisson gazeuse, et il est donc une solution de rechange intéressante.»

En terminant, Simon Bertrand me fait part des nombreux témoignages de consommateurs qui ont fait le virage kombucha. «Que ce soit des gens avec de l’arthrite, avec la maladie de Crohn, avec des troubles digestifs ou des gens médicamentés depuis longtemps qui affirment que depuis qu’ils consomment notre kombucha, ils se sentent vraiment mieux, c’est le plus beau des témoignages et c’est pour ça que notre équipe travaille!»

On le consomme pour toutes sortes de raisons, et les bienfaits varient d’une personne à l’autre.

Aussi dans Saskia rencontre... :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!