Métro L’infidélité ne signe pas forcément la fin d’une relation amoureuse. Cependant, lorsque le couple est à la dérive, au moment où l’incompréhension et la souffrance deviennent difficiles à gérer, entamer une thérapie de couple est un choix judicieux.

Le train-train quotidien (et tout ce qu’il implique) semble avoir réussi à étouffer la chimie amoureuse qui, hier encore, donnait naissance au «nous».

Ironiquement, l’autre, étant maintenant devenu trop accessible, est perdu de vue. Ses nombreuses qualités qui faisaient vibrer tous les sens sont désormais éclipsées par des défauts flagrants. Soudainement, l’envie d’aller voir si le gazon est plus vert chez le voisin se fait sentir. Mais pourquoi glisse-t-on vers l’infidélité? Qu’est-ce qui nous pousse à franchir la barrière du désir extraconjugal?

La définition de ce qui constitue une infidélité, que celle-ci soit physique ou émotionnelle, varie grandement d’une personne à l’autre. Reste que, vouloir s’engager dans une relation consiste à conjuguer deux types de fidélités: celle à l’égard de l’autre et celle envers sa propre personne. Nombreux sont ceux et celles qui se retrouvent dans une situation paradoxale: faire preuve de loyauté envers leur partenaire en étant pourtant infidèle à soi-même. De ce fait, la première motivation à aller voir ailleurs est habituellement l’insatisfaction d’un besoin.

L’infidélité est généralement vécue comme une échappatoire face à un certain dysfonctionnement dans le couple. Que les raisons y étant associées soient conscientes ou pas, celle-ci naît souvent d’une nécessité de valorisation personnelle et non pas d’un désir d’expérience sexuelle. Mais peut-on être infidèle et amoureux? Certainement, car l’infidélité est souvent liée à bien d’autres choses qu’au désamour. Que le besoin inassouvi soit relationnel (intimité sexuelle insatisfaisante, projets communs inexistants, manque de communication, etc.) ou personnel (besoin de plaire, de se sentir désiré, de s’assurer de son pouvoir de séduction, etc.), quand l’ennui et la frustration s’immiscent dans le couple et que l’envie de nouveauté et d’aventure se fait sentir, l’envie d’aller chercher ailleurs ce que l’on ne trouve pas dans son couple fait surface.

Bien que vivre ou entretenir une relation extraconjugale soit un choix personnel qui peut avoir d’importantes conséquences sur soi et les autres, l’infidélité ne signe pas forcément la fin d’une relation amoureuse. Pour certaines personnes, elle devient une «occasion» de mieux comprendre la dynamique de son couple, afin d’en arriver à se réajuster et d’avancer vers un amour beaucoup plus mature.

Cependant, lorsque le couple est à la dérive, au moment où l’incompréhension et la souffrance deviennent difficiles à gérer, entamer une thérapie de couple est un choix judicieux. La consultation sexologique peut vous aider à définir vos règles, vos limites, et vous aider à développer une communication saine, claire et efficace.

Aussi dans Sexe dans la ville :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!