La nature a horreur du vide. Et l’être humain, encore davantage. Montrez-lui un trou, il va tout faire pour le remplir. Avec n’importe quoi. Ces temps-ci, au cœur de cette ère de grand vide, on n’a jamais été exposé à autant de propos hystériques, à autant de théories du complot délirantes, à autant de fake news et autres grosses bouses qui engraissent les pelouses.

À la radio, l’autre nuit, une dame m’a appelé pour me donner sa recette afin de faire la part des choses dans nos infos. Selon elle, l’équation est claire: tout ce qu’on nous raconte dans les médias est faux. Et tout ce qui est vrai, on n’en parle pas. Voilà, simple comme dans 2 et 2 font 3, ast’heure, arrangez-vous avec ça.

Vous pensiez avoir voté pour untel? Oubliez ça, les résultats étaient truqués d’avance. Vous croyez que le destin de votre province ou de votre pays repose entre les mains du premier ministre? Bah, vous n’y êtes pas du tout, les officines du pouvoir sont occupées par d’insaisissables puissances occultes. Et les journalistes dans tout ça? De tristes pantins manipulés par des esprits malveillants qui leur imposent des lignes éditoriales et qui leur commandent un programme de missions destinées à étouffer «les vraies affaires».

Selon elle, l’équation est claire: tout ce qu’on nous raconte dans les médias est faux. Et tout ce qui est vrai, on n’en parle pas. Voilà, c’est simple comme dans 2 et 2 font 3.

Selon mon interlocutrice, la seule source d’information fiable en ce bas monde, c’est Alex Jones, un animateur de radio texan. Un sceptique dans toute l’acception du terme, un complotiste d’exception. L’homme sur la Lune? Bullshit! Les attaques du 11 septembre? Très peu pour lui… Sans parler des «dessous» de la tuerie à l’école élémentaire de Sandy Hook (26 morts en 2012), une attaque orchestrée pour faire avancer la cause des partisans du contrôle des armes à feu. Et que dire du rôle qu’auraient joué les autorités américaines dans l’attentat d’Oklahoma City (168 morts et 680 blessés en 1995), une opération menée afin de discréditer les groupes de droite. Et les chemtrails, et la CIA et les origines d’Obama et troulaidou… Vous voyez le genre? Je pourrais continuer longtemps avec d’autres stupéfiantes «révélations» mais, si c’est permis, c’est ici que je vais m’arrêter.

Évidemment, la dame est parfaitement libre de croire à ce qu’elle veut. Et moi, j’ai le droit de trouver ses théories totalement aberrantes. À chacun ses privilèges. Elle et moi, allons-nous finir par nous entendre un jour? J’en doute fort.

Entre son monde et mon monde, la fosse est profonde.

***

Vu: Dumas, sur la scène de la 5e Salle de la Place des Arts. Quelques jours plus tard, je suis encore sur le cul. Seul avec sa guitare et ses patentes technos, le gars aurait pu nous offrir le spectacle le plus «frette» de toute l’histoire du showbiz québécois. Or, c’est tout le contraire; je me suis retrouvé à «ça» de l’artiste, tout au long de la soirée. On réinvente ici l’expression «jamais aussi bien servi que par soi-même». Je tiens à souligner avec deux traits le travail de François Lévesque aux éclairages et autres effets visuels; rarement un artiste solo aura été aussi bien entouré dans la pénombre. Déchaîné et juste assez cabotin, avec ses échantillonnages, son mixtape et ses brillantes reprises, dans un cinéma qui lui est propre, Dumas danse avec les loops. SVP, va falloir reprogrammer ce spectacle à Montréal, j’y retournerais.

***

Coup sur coup, en moins d’une semaine, on a appris les départs de David Heurtel et de Julie Boulet. On va essayer de s’en remettre mais je sens que ça va être difficile…

***

Dans la Ligue nationale de hockey, on ne tolèrerait jamais qu’un joueur montre le doigt à la foule. Mais dans la même ligue, on ne fait que donner un avertissement à un incorrigible crétin qui a passé sa langue dans la face d’un adversaire pour lui faire perdre ses moyens.

Question 1: Selon vous, lequel de ces deux gestes est le plus indécent?

Question 2: Imaginez si Brad Marchand avait fait ça à Maurice Richard: combien de secondes, selon vous, aurait-il survécu à son coup de torchon?

Aussi dans Sylvain Ménard :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!