Chignon urbain Les chouchous Chignon urbain viennent d'être lancés par une coiffeuse québécoise.

On le voyait venir depuis plusieurs saisons… Les chouchous (ou scrunchies comme on les appelle en anglais), ces bandeaux de tissu élastique stars des coiffures de la fin des années 1980-début 1990, font leur grand retour. Bon, évidemment, ils n’étaient pas vraiment disparus. Disons juste qu’on en voyait moins dans la rue… à part peut-être sur la tête de Hillary Clinton.

Comme ils sont conçus pour retenir une queue de cheval un peu lâche, ils sont parfaits pour remonter les cheveux durant l’été, ce qui explique sans doute l’engouement actuel pour la chose.

D’abord aperçus dans des défilés de prêt-à-porter il y a deux ou trois ans, ils sont partout cet été: dans les boutiques, sur Etsy et, il va sans dire, sur Instagram. Mais oubliez la couette haute permanentée façon Paula Abdul! En 2017, on s’en sert bien sûr pour les queues de cheval, mais aussi pour maintenir en place un chignon déstructuré, voire un demi-chignon ou une grosse tresse latérale:

Les chouchous se sont aussi raffinés avec les années: coton bio, bambou, tencel… les matières douces et naturelles ont la cote. Et s’ils sont fabriqués localement, c’est encore mieux.

Voici quelques nouveautés qui ont attiré notre attention:

Chignon urbain

La coiffeuse Geneviève Rivard et sa maman ont combiné leurs talents artistiques pour créer une première collection de chouchous pour tous les goûts.

Little Joy

Mélissa Lavoie, étudiante à temps plein en commercialisation de la mode et jeune maman, vient de lancer sa boutique sur Etsy, où elle propose des articles pour les bébés, mais aussi quelques chouchous pour les mamans.

 

Aussi dans Tendances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!